Normalisation avec Israel, le soutien au Mak , et L’affaire Pegasus : la descente aux enfers du Makhzen

A la quête d’un soutien international pour  sa souveraineté sur le Sahara occidental, le Maroc après avoir pactisé avec le diable, en normalisant ses relations avec Israël, récidive et persiste dans sa trahison au grand Maghreb.

Notamment après la récente  bévue de l’ambassadeur onusien du Maroc, qui a exprimé franchement son soutien à des actions visant à diviser l’Algérie, et pour lesquelles l’Etat algérien considère comme terroristes.

Une manœuvre sournoise du Mahzen, qui ne s’explique que par la volonté de ce dernier à chercher des arguments pour rompre défensivement les relations entre les deux pays. Il est clair que  fort de ces nouveaux soutiens, il devient le serviteur dévoué de l’Etat sioniste, et il œuvrera à lui baliser le terrain, et orchestrer son implantation au Mahgreb.  

 Il s’agit d’une suite logique du comportement hostile du Makhzen , qui depuis des lustres  s’attaque à l’unité du pays , et tente de créer la discorde au sein de la société, à travers une guerre médiatique implacable. Il n’y a pas lieu de s’étonner outre mesure, de voir le Makhzen franchir le pas de l’inconscience diplomatique et oser s’immiscer dans les affaires internes de l’Algérie.

D’autant plus que les réactions, à l ‘intérieur et à l’extérieur du pays, ont été unanimes ; l’Algérie est indivisible, et ne cédera pas un iota de ses positions dans les grands dossiers, tel que l ‘autodétermination du Sahara occidental, et la Palestine. Une position qui attise tous les feux de la haine, et qui met l’Algérie comme obstacle majeur pour les desseins machiavélique du lobby sioniste, et de son serviteur le Makhzen.

Alors que l’affaire, était au rappel de l’ambassadeur algérien à Rabat, pour consultation, comme première action visant à exiger des explication sur un tel comportement, le Makhzen sombre dans une nouvelle affaire scabreuse , et défraye la chronique , après la parution , dimanche passé, par un ensemble de Medias mondialement connus, de révélation sur son implication dans une opération d’espionnage de grande envergure, révélant l’utilisation d’un logiciel de fabrication israélienne, c’est l’affaire Pegasus.

Il s’agit de plus de 6000 numéros de téléphone, de hauts responsables et de citoyens algériens, et étrangers  ciblées par ce logiciel, pour une mis sur écoute. Il va sans dire, que la gravité des ses actes est hautement établie , et devant l’enquête qui a diligenté, le Maroc aura à s’expliquer  de ce comportement passible de rupture définitive des relations diplomatiques.

Cela étant, le Makhezn qui refuse d’assumer ses responsabilités, a tenté dans une action désespérée de tirer l’Algérie dans sa descente aux enfers, en référant à ses relais français. Ainsi, RSF (reporters sans frontières), publie, le 19/07/2021 sur son site web, des informations annonçant l’utilisation de l’Algérie du même logiciel d’espionnage, et se rétracte, juste après la plainte déposée par l’ambassadeur algérien à Paris.

Devenu le larbin des grandes puissances économiques depuis son indépendance, le Maroc n’a réussi à travers ces affaires qu’à satisfaire les volontés de ses maîtres,  et perdre toute crédibilité sur la scène diplomatique internationale. Et ce en plus d’une rupture grandissante avec son peuple, à l’image de   la politique de répression  qu’il mène à l’encontre de tous les opposants qui se dressent contre sa politique.