Le dollar profite d’un bond de l’inflation américaine pour augmenter ses gains

Le dollar profite d'un bond de l'inflation américaine pour augmenter ses gains

Déjà soutenu par des craintes sur la croissance mondiale, le dollar a de nouveau gagné du terrain après l’annonce d’une inflation plus élevée que prévu en juin aux Etats-Unis.

Vers 19H30 GMT, le billet vert gagnait 0,66% face à l’euro, à 1,1782 dollar pour un euro. La devise américaine progressait face à toutes les grandes monnaies.

Les prix à la consommation ont continué de grimper en juin aux Etats-Unis, et ont connu leur plus forte hausse depuis 2008, tant sur un mois que sur un an, selon l’indice CPI publié mardi par le département du Travail.

L’inflation s’est ainsi accélérée, et a atteint 5,4% par rapport au mois de juin 2020, et 0,9% par rapport à mai. C’est également bien plus qu’attendu puisque les analystes tablaient sur un ralentissement de l’inflation sur un mois, à 0,5% contre 0,6% en mai.

La banque centrale américaine (Fed) a indiqué, à plusieurs reprises, qu’elle considérait cette poussée inflationniste comme transitoire et n’entendait pas prendre de mesures à court terme pour la juguler.

Pour autant, l’indicateur de mardi contribue à installer « l’idée que ce bond de l’inflation est peut-être plus durable que ce que pensaient les membres de la Fed », a commenté Erik Nelson, analyste macroéconomique chez Wells Fargo. « La question, pour nous, c’est de savoir si la Fed va rester concentrée sur son objectif d’inflation (fixé à 2% par an) et voir plus loin que cette période ou est-ce qu’elle va capituler et relever ses taux d’intérêt plus tôt? », a ajouté Erik Nelson.

En juin, la Réserve fédérale avait déjà avancé la date d’une possible hausse de taux, de 2024 à 2023. Un relèvement anticipé serait de nature à doper le dollar car il rendrait les placements en monnaie américaine plus attractifs. « Tant que les effets de rebond ne se seront pas estompés et que les goulets d’étranglement dans les chaînes d’approvisionnement n’auront pas été résolus, il sera difficile d’évaluer vraiment la tendance à long terme de l’inflation », a tempéré Hinesh Patel, de Quilter Investors.

Pour Erik Nelson, le dollar devrait continuer à s’apprécier encore un peu, jusqu’à dépasser ses plus hauts de l’année, qui remontent à mars, mais pas bien au-delà.

Du côté des cryptomonnaies, le très volatil bitcoin pâtissait du regain de vigueur du dollar et basculait dans le rouge, cédant 0,63% à 32.315 dollars.

Afp