Homela deuxPr Djidjik : "La situation épidémiologique en Algérie est préoccupante"

Pr Djidjik : « La situation épidémiologique en Algérie est préoccupante »

Le professeur Reda Djidjik, chef de service d’immunologie au CHU de Beni Messous, a indiqué, ce vendredi 9 juillet 2021, que la situation épidémiologique en Algérie est préoccupante, et nous attendons cette vague depuis des mois.

Le professeur a assuré dans une interview accordée à radio Sétif que la réouverture partielle de l’espace aérien n’a rien à voir avec l’augmentation du nombre de blessés, car l’État a renforcé les mesures de prévention.

Le Pr Reda Djidjik a indiqué que certains peuvent confondre les effets du climatiseur avec les symptômes du coronavirus, et le premier symptôme qui apparaît, le patient doit effectuer des tests jusqu’à preuve du contraire, selon la même source.

Il a également souligné que es citoyens doivent être sensibilisés à l’importance et aux objectifs de la vaccination pour contrôler cette épidémie, expliquant qu’il y a un manque d’information, ce qui a conduit à la propagation de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux.

Le professeur a indiqué que la délivrance de certificats de vaccination pour permettre l’accès aux lieux publics stimulerait et encouragerait le processus de vaccination, selon le même média.

Il a par ailleurs souligné que nous n’avons pas d’autre choix que de vacciner, précisant au passage que d’ici fin 2021, si nous vaccinons 10 à 15 millions d’Algériens, nous pouvons dire que nous avons atteint l’objectif fixé.

Toutefois, le Pr Djidjik a indiqué que si nous laissons le processus de vaccination se dérouler uniquement dans les hôpitaux, nous ne pourrons pas atteindre l’objectif, et pour ce processus, il se déroule dans des espaces publics.

Les gens qui s’érigent en médecins, experts et scientifiques remettent en question la faisabilité des vaccins, et c’est regrettable, estime le professeur qui a expliqué que se faire vacciner ne signifie pas que le virus ne se transmet pas d’une personne à une autre, mais cela soulage des symptômes dangereux.

Il a rappelé que le processus de vaccination doit être accéléré pour revenir à une vie normale, et toute personne ayant la possibilité de recevoir le vaccin ne doit pas hésiter, expliquant que le taux de vaccination est lié au nombre de doses acquises par le pays, selon la même source.

« Nous sommes en plein été, alors que les rassemblements se multiplient, il faut respecter les mesures préventives, sinon on ne pourra pas contrôler la maladie dans les hôpitaux », a-t-il précisé.

Il a également souligné qu’aucun spécialiste ou expert ne peut dire avec certitude quand nous sortirons de cette crise.

 

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine