L’hydroélectricité a un rôle crucial dans l’accélération des transitions énergétiques

L'hydroélectricité a un rôle crucial dans l'accélération des transitions énergétiques

La croissance des centrales hydroélectriques dans le monde devrait ralentir considérablement cette décennie, mettant en péril les ambitions des pays du monde entier d’atteindre zéro émission nette tout en assurant un approvisionnement énergétique fiable et abordable pour leurs citoyens, selon un nouveau rapport de l’International Energy Agence.

L’hydroélectricité joue aujourd’hui un rôle clé dans la transition vers une énergie propre non seulement par les quantités massives d’électricité à faible émission de carbone qu’elle produit, mais aussi en raison de ses capacités inégalées de flexibilité et de stockage. De nombreuses centrales hydroélectriques peuvent augmenter et diminuer leur production d’électricité très rapidement par rapport à d’autres centrales électriques telles que le nucléaire, le charbon et le gaz naturel. Cela fait de l’hydroélectricité durable une base attrayante pour intégrer de plus grandes quantités d’énergie éolienne et solaire, dont la production peut varier en fonction de facteurs tels que la météo et l’heure de la journée ou de l’année.

La capacité hydroélectrique mondiale devrait augmenter de 17 % entre 2021 et 2030 – menée par la Chine, l’Inde, la Turquie et l’Éthiopie – selon le rapport sur le marché spécial de l’ hydroélectricité, qui fait partie de la série de rapports sur le marché des énergies renouvelables de l’AIE . Cependant, la croissance projetée pour les années 2020 est près de 25 % plus lente que l’expansion de l’hydroélectricité au cours de la décennie précédente.

Inverser le ralentissement attendu nécessitera une série de mesures politiques fortes de la part des gouvernements pour relever les principaux défis qui entravent un déploiement plus rapide de l’hydroélectricité, selon le rapport. Ces mesures incluent la fourniture d’une visibilité à long terme sur les revenus afin de garantir que les projets hydroélectriques sont économiquement viables et suffisamment attrayants pour les investisseurs, tout en garantissant des normes de durabilité solides.

En 2020, l’hydroélectricité a fourni un sixième de la production mondiale d’électricité, ce qui en fait la plus grande source d’énergie à faible émission de carbone – et plus que toutes les autres énergies renouvelables réunies. Sa production a augmenté de 70 % au cours des deux dernières décennies, mais sa part dans l’approvisionnement mondial en électricité est restée stable en raison de l’augmentation de l’éolien, du solaire photovoltaïque, du gaz naturel et du charbon. Néanmoins, l’hydroélectricité répond actuellement à la majorité de la demande d’électricité dans 28 économies émergentes et en développement différentes, qui comptent une population totale de 800 millions d’habitants. « L’hydroélectricité est le géant oublié de l’électricité propre, et elle doit être remise carrément à l’ordre du jour de l’énergie et du climat si les pays veulent vraiment atteindre leurs objectifs nets zéro », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. « Il apporte une échelle et une flexibilité précieuses pour aider les systèmes électriques à s’adapter rapidement aux changements de la demande et pour compenser les fluctuations de l’offre provenant d’autres sources. Les avantages de l’hydroélectricité peuvent en faire un catalyseur naturel de transitions sûres dans de nombreux pays alors qu’ils passent à des parts de plus en plus élevées d’énergie solaire et éolienne, à condition que les projets hydroélectriques soient développés de manière durable et résiliente au changement climatique.

Le rapport spécial de l’AIE est la première étude à fournir des prévisions mondiales détaillées jusqu’en 2030 pour les trois principaux types d’hydroélectricité : réservoir, au fil de l’eau et installations de pompage. Environ la moitié du potentiel économiquement viable de l’hydroélectricité dans le monde est inexploité, et ce potentiel est particulièrement élevé dans les économies émergentes et les économies en développement, où il atteint près de 60 %. Sur la base des paramètres politiques actuels, la Chine devrait rester le plus grand marché de l’hydroélectricité jusqu’en 2030, représentant 40 % de l’expansion mondiale, suivie par l’Inde. Cependant, la part de la Chine dans les ajouts hydroélectriques mondiaux a diminué en raison de la diminution de la disponibilité de sites économiquement attractifs et des préoccupations croissantes concernant les impacts sociaux et environnementaux.

D’ici 2030, 127 milliards de dollars – soit près d’un quart des investissements hydroélectriques mondiaux – devraient être consacrés à la modernisation de centrales vieillissantes, principalement dans les économies avancées. C’est notamment le cas en Amérique du Nord, où l’âge moyen d’une centrale hydroélectrique est de près de 50 ans, et en Europe, où il est de 45 ans. Pourtant, l’investissement prévu est bien en deçà des 300 milliards de dollars que le rapport estime nécessaires pour moderniser toutes les centrales hydroélectriques vieillissantes dans le monde. 

Alors que l’hydroélectricité reste économiquement attractive dans de nombreuses régions du monde, le rapport met en évidence un certain nombre de défis majeurs auxquels elle est confrontée. Les nouveaux projets hydroélectriques sont souvent confrontés à de longs délais, à de longs processus d’autorisation, à des coûts et à des risques élevés liés aux évaluations environnementales et à l’opposition des communautés locales. Ces pressions entraînent des risques d’investissement et des coûts de financement plus élevés par rapport aux autres technologies de production et de stockage d’électricité, décourageant ainsi les investisseurs.

Le rapport de l’AIE définit sept priorités clés pour les gouvernements qui cherchent à accélérer le déploiement de l’hydroélectricité de manière durable. Il s’agit notamment de verrouiller les structures de tarification à long terme et de s’assurer que les projets hydroélectriques respectent des directives strictes et les meilleures pratiques. Ce type d’approche peut minimiser les risques de durabilité et maximiser les avantages sociaux, économiques et environnementaux.

Si les gouvernements surmontent les obstacles à un déploiement plus rapide de manière appropriée, les ajouts de capacité hydroélectrique mondiale pourraient être 40 % plus élevés jusqu’en 2030 en débloquant les pipelines de projets existants, selon le cas accéléré présenté dans le rapport. Mais pour mettre le monde sur la voie d’émissions nettes nulles d’ici 2050, comme indiqué dans la récente feuille de route mondiale de l’AIE pour un net zéro d’ici 2050 , les gouvernements devraient augmenter considérablement leurs ambitions hydroélectriques. En fait, la capacité hydroélectrique mondiale devrait croître deux fois plus vite jusqu’en 2030 que prévu dans les principales prévisions du rapport. Une approche politique beaucoup plus forte et globale serait nécessaire pour y parvenir.

Source : AIE