Chiffre d’affaires des entreprises, télétravail et emploi : ce que révèle une enquête du CREAD sur l’impact du Covid-19

Les micro-entreprises appelées à participer au sommet UE-Afrique sur l'entrepreneuriat

Une journée d’étude sur l’impact socio-économique de la pandémie de la Covid-19 en Algérie, a été organisée jeudi 24 juin à Alger, au cours de laquelle une enquête été présentée par le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD), rapporte l’agence officielle APS.

Ainsi, selon cette enquête, des entreprises algériennes sondées ont indiqué avoir perdu en moyenne 50% de leurs chiffres d’affaires (CA) en 2020 à cause de la pandémie du Covid-19, dont une majorité de PME. Par secteurs, ceux des services et de la manufacture ont été les plus impactés, a fait savoir le chercheur au sein du CREAD, Mohamed Kadi.

Dans son intervention autour de l’impact de la pandémie sur l’activité des entreprises en Algérie, M. Kadi a souligné que selon l’enquête, le secteur du transport de marchandises a connu « paradoxalement » une perte de 90 % du CA en 2020, suivi du secteur des services et le secteur de l’industrie agroalimentaire.

Suite au confinement imposé pour lutter contre la propagation de la pandémie l’an dernier, 93% des entreprises interrogées ont noté des difficultés à commercialiser leurs produits. 63% d’entre elles ont dû opter pour un arrêt total de l’activité à cause du confinement ou l’absence de clients.

De plus, 11% des entreprises interrogées ont affirmé avoir été impactées par le confinement du personnel et le manque de transport alors que 8% d’entre elles ont relevé des problèmes de financement et l’augmentation de leurs créances durant cette période. Selon le chercheur au sein du CREAD, 56% du personnel n’a pas pu rejoindre son lieu de travail en 2020 à cause de la crise sanitaire. Un impact ressenti de façon plus importante dans les secteurs des services et celui du BTP.

Sondées quant à la probabilité d’occurrence de certains événements dans six mois, les opérateurs économiques ont indiqué, à 21%, qu’ils envisagent une reprise de l’activité, 12% la réduction de leur effectif, 10% présagent une tension sur la trésorerie, 11% envisagent la fermeture de leur entreprise et 10% prévoient le report de leurs investissements.

Par ailleurs, M. Kadi a énuméré les mesures nécessaires pour accompagner les entreprise face à la crise sanitaire, plaidant pour le report des charges sociales et fiscales, la proposition d’un crédit exceptionnel aux entreprises avec un taux bonifié et la couverture de la fluctuation du dinar.

Télétravail : 56% des salariés interrogés estiment qu’il y a une augmentation des heures quotidiennes de travail

Près de 71,2 % des salariés interrogés ont estimé l’expérience du travail à distance devenu nécessaire suite à la pandémie du Covid-19 comme « positive », selon l’enquête du CREAD.

Les conditions de travail à distance sont jugées « acceptables jusqu’à un certain point », grâce à une plus grande flexibilité relevée par le panel interrogé, a indiqué le chercheur au sein du CREAD, Riad Benghebrid.

Toutefois, le chercheur a fait savoir qu’une part des travailleurs sondés a pointé « un impact direct du télétravail sur la vie personnelle et professionnelle des salariés », plaidant pour une adaptation des nouvelles pratiques professionnelles.

Lors d’une enquête sur le télétravail pendant la pandémie en Algérie, des salariés ont été interrogés sur 18 wilayas avec une prépondérance des wilayas du centre du pays. Parmi cet échantillon, 32% ont révélé disposer d’un lieu de travail à distance. 16 % disent posséder les outils nécessaires à l’exercice du télétravail dont 90% via un PC portable.

En outre, parmi les aspects d-négatifs du télétravail, « 56% des salariés interrogés estiment qu’il y a une augmentation des heures quotidiennes de travail et 41% soulèvent des difficultés à organiser le travail et à maintenir leur rendement », a indiqué M. Benghebrid.

Les apprentis et les professions indépendantes, les plus touchés par la perte d’emploi

Selon Oualid Merouani, Maître de recherche au CREAD, les catégories professionnelles des apprentis et des professions indépendantes ont été les plus touchées par la perte de leurs emplois à cause de la pandémie du Covid-19 en Algérie. 20% des apprentis, 14 % d’indépendants, 7% de salariés et 6% employeurs sondés ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie, a-t-il fait savoir.

De plus, « les femmes et les jeunes connaissent plus de risque de perdre leur emploi », a souligné l’intervenant, ajoutant que les hommes avaient plus de risque de voir leurs revenus baisser. Les femmes avaient plus de chance de garder un revenu stable mais elles étaient plus vulnérables à la perte de leur revenu. Au total, 17% des sondés des deux genres ont vu leurs revenus diminuer pendant cette période.

Par secteur, l’hôtellerie-restauration et le commerce ont été plus vulnérables à voir leurs revenus diminuer ou le perdre, selon M. Merouani.

Concernant la consommation des ménages, le représentant du CREAD a fait savoir que 35% des sondés ont puisé dans leur épargne avec une légère importance pour les adultes 45-54 ans en termes de tranche d’âge et les salariés en terme de catégorie socio-professionnelle.   

En outre, le chercheur a recommandé « la prise en compte des attentes et préférences de la population pour toute implémentation de politiques sociales, le renforcement du système de protection sociale et le ciblage de la population la plus vulnérable, notamment les jeunes et les femmes.