Résultats définitifs des législatives : la victoire du FLN confirmée avec 7 sièges en moins

APN : la présentation du plan d'action du gouvernement reportée au lundi 13 septembre

Le Conseil Constitutionnel a proclamé, ce mercredi 23 juin, les résultats définitifs des élections législatives du 12 juin 2021 pour l’élection des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Ainsi, selon le président du Conseil Constitutionnel, Kamel Fenniche, le nombre d’inscrits sur le fichier électoral est de 24 453 992, le nombre de votants est de 5 628 401 pour un taux de de participation de 23%. Le nombre de bulletins annulés est de 1 111 678, tandis que le nombre des voix exprimées est de 4 610 723.

Pour ce qui est du nombre de sièges remportés par les listes des partis et des indépendants, le Front de libération national (FLN) est arrivé en tête avec 98 sièges contre 105 annoncés initialement, soit 7 sièges perdus.

Le nombre de sièges remportés par les Indépendants est passé à 84, soit six sièges de plus que les 78 à l’annonce des résultats préliminaires par le président de l’ANIE.

Le Mouvement pour la société et la paix (MSP) a gagné un siège de plus pour atteindre 65 sièges contre 64 sièges.

Le Rassemblement national démocratique (RND) a également gagné un siège de plus avec 58 sièges contre 57 sièges.

Le nombre de sièges du parti Front El Moustakbal n’a pas changé avec 48 sièges, tandis le Mouvement El Bina a perdu un sièges avec 39 contre 40 sièges.

Le Parti Voix du Peuple (3 sièges), Parti de la Liberté et la Justice (2 sièges), Parti pour la justice et le développement (2 sièges), Parti El Fadjr El Djadid (2 sièges), Front de la bonne gouvernance (2 sièges), Front de la Nouvelle Algérie (1 siège), Parti El Karama (1 siège), Jil Jadid (1 siège) et le Front national algérien (FNA) de Moussa Touati a intégré la nouvelle APN avec 1 siège.

Le nombre de débutés âgés de moins de 40 ans est de 136 (33%), le nombre de femmes députés 35 (8,59%), le nombre de députés ayant un niveau universitaire est de 274 (67,32%), a précisé le président du Conseil Constitutionnel.

48 recours recevables ayant donné lieu à la rectification des sièges

Ces résultats définitifs ont été proclamés le Conseil Constitutionnel après l’examen des recours qui lui ont été adressés dont il a déclaré la recevabilité au fond de 48, ce qui a donné lieu à la rectification de la répartition des sièges dans nombre de circonscriptions électorales.

Selon les précisions de M. Kamel Fenniche, président du Conseil constitutionnel, celui-ci a fait état, après avoir proclamé les résultats définitifs des législatives du 12 juin, du dépôt de 361 recours par les candidats et partis politiques ayant pris part à ce rendez-vous électoral.

A l’issue des délibérations pendant cinq jours, le Conseil constitutionnel a rejeté 13 recours car « ne répondant pas aux conditions de forme ».

Le Conseil constitutionnel, qui a examiné 348 recours, a déclaré la recevabilité au fond de 48 recours et le rejet de 300 recours « pour défaut ou insuffisance de preuves ou pour moyens infondés ».

Il souligne, en conséquence, que la rectification et l’annulation des résultats enregistrés dans certains bureaux de vote dans les circonscriptions électorales de M’sila, Biskra, Béchar, Tlemcen, Djelfa et Boumerdes « ont eu une incidence sur les résultats chiffrés mais n’ont pas eu toutefois d’incidence sur les répartitions des sièges ».

Par contre, la rectification et l’annulation des résultats enregistrés dans d’autres circonscriptions électorales « ont eu une incidence sur la répartition des sièges dans les circonscriptions électorales concernées », où M. Fenniche a cité, à titre d’exemple, les circonscriptions de Batna, Alger, Bejaia, Skikda et Sidi Bel Abbes.

Dans le même sillage, M. Fenniche a précisé que l’examen des PV des résultats préliminaires remis par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) le 17 juin a été effectué par des magistrats et des conseillers de la Cour suprême et du Conseil d’Etat qui se sont attelés à vérifier les résultats portés sur ces PV à travers une vérification manuelle mais aussi par une application informatique développée à cet effet par le Conseil constitutionnel.

Suite à la consultation des PV de dépouillement et de recensement communaux, la cellule centrale a comparé, conformément à la loi, les résultats obtenus. Il a été procédé à une troisième vérification dans les cas d’écart dans les résultats, a expliqué le président du Conseil constitutionnel.

Soucieux d’assurer une transparence totale, le Conseil constitutionnel n’a pas hésité à transporter les urnes pour vérification dans plusieurs wilayas à l’image de Batna, Biskra, M’sila, Souk Ahras, Tlemcen et Bouira, précise le même responsable.

« Dans le but de moraliser la vie politique, la même instance a exercé son contrôle sur les conditions de candidature non remplies par certains candidats dont les repris de justice et les évadés fiscaux, a-t-il souligné.