Homela deuxAli Bey Nasri: « Si les exportateurs font des efforts, les institutions...

Ali Bey Nasri: « Si les exportateurs font des efforts, les institutions en charge n’en font pas »

Le président de l’Association nationale des exportateurs algériens (Anexal) Ali Bey Nasri a appelé aujourd’hui les pouvoirs publics à intensifier leur aide et leur accompagnement aux exportateurs. « Si les exportateurs font des efforts, les institutions en charge de l’acte d’exportation n’en font pas », a-t-il déclaré sur les ondes de la radio chaine 3.

« C’est le moment où jamais de changer d’approche de gouvernance des pouvoirs publics sur l’exportation », exhorte le président de l’Anexal. Ali Bey Nasri souligne l’urgence d’agir en faveur des exportations. « À voir la fonte systématique des réserves de changes et le déficit de la balance commerciale depuis six ans, cela nous impose d’envisager l’exportation autrement, à savoir comme une fonction transversale.» Ministère du Commerce, douanes, banque d’Algérie… plusieurs départements ministériels et organismes publics interviennent dans l’acte d’exportation. Pour l’expert, « il manque un chef de file, qui s’assure que les instructions données soient appliquées »

« Je reviens au discours du président de la République du 18 août où il exprime, clairement et fortement, la volonté des pouvoirs publics d’accompagner les exportations et d’en faire une priorité. Mais le constat actuel nous impose de voir que l’action est conduite autrement », relève le président de l’Anexal. Pour l’expert, si les statistiques des exportations hors-hydrocarbures sont en hausse, c’est d’abord « grâce aux efforts consentis par les exportateurs eux-mêmes face aux nombreuses difficultés qu’ils rencontrent, notamment avec la règlementation des changes.»

« Certains produits algériens émergent sur le marché international et c’est ce qui a fait remonter la valeur des exportations. » Si ce rythme est maintenu, Ali Bey Nasri estime que l’objectif de quatre milliards de dollars d’exportations hors-hydrocarbures en 2021, fixé par l’Etat, sera atteint à 90%. « Pour la première fois, l’Algérie va dépasser, cette année, la barre mythique des trois milliards de dollars d’exportation hors-hydrocarbures. Il souligne l’urgence d’accompagner cet élan. « C’est maintenant que l’accompagnement des pouvoirs publics doit être puissant pour porter ce mouvement positif », appelle le président de l’Anexal. Selon l’expert, l’investissement permet aux entreprises d’accéder au marché extérieur. Il cite plusieurs exemples. « Les produits algériens qui émergent sur le marché international sont le ciment, les produits sidérurgiques et les pneumatiques. Nous étions à zéro exportation de ciment en 2018, nous avons clôturé 2020 à près de deux millions de tonnes et les perspectives pour 2021 sont de cinq millions de tonnes. » Ali Bey Nasri recommande d’orienter les investissements vers les marchés porteurs. Il insiste : « chaque centime dépensé des réserves de change doit être investi pour rapporter des recettes en devise.» 

 « Le 28 avril dernier, la Banque d’Algérie a annoncé, par communiqué, de bonnes nouvelles sur la rétrocession des devises pour les exportateurs. Mais jusqu’à aujourd’hui, rien n’a été appliqué et c’est une première. D’habitude, cela met maximum dix jours pour appliquer les notes de la Banque d’Algérie », regrette l’expert en commerce extérieur. « Entre la communication et l’action, le temps passe alors qu’il nous est compté », interpelle Ali Bey Nasri. « Je crois qu’il y a un syndrome de la devise à la Banque d’Algérie qui nous empêche d’avancer », s’interroge le président de l’Anexal.

Articles associés
Groupe des Sociétés Hasnaoui, Batimatec 2022

Fil d'actualité

Articles de la semaine