90% des pays africains rateront l’objectif de vacciner 10% de leur population d’ici septembre 2021 (OMS)

Entre les difficultés d’approvisionnement des vaccins et la réticence de la population, l’Afrique peine à atteindre les objectifs d’immunisation. Depuis le lancement des campagnes de vaccination contre le coronavirus, seulement 2% de la population a reçu les premières doses de vaccins.

En Afrique, près de 9 pays sur 10 ne parviendront pas à atteindre l’objectif d’urgence qui est de vacciner 10% de leur population avant septembre 2021. C’est ce qu’a annoncé le Dr Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique au cours d’un point de presse hebdomadaire.

Selon la responsable, ce retard s’explique par le fait que les pays africains ne disposent pas de la quantité de vaccins nécessaire pour assurer l’immunisation de masse contre le virus. En effet, le continent ne dispose que de 32 millions de doses de vaccins ; ce qui représente moins de 1% du total des doses administrées dans le monde.

D’après l’OMS, pour réussir à atteindre l’objectif d’immunisation d’urgence, il faudrait que l’Afrique reçoive environ 225 millions de doses supplémentaires de vaccins contre la covid-19 ; ce qui serait assez difficile sans un accompagnement extérieur. Ainsi, l’appui apporté par des partenaires tels que la France à l’initiative Covax ou encore les Etats-Unis à travers l’annonce récente d’un don de 500 millions du vaccin Pfizer à 92 pays à faible revenu et à revenu intermédiaire constitue une avancée notable pour l’immunisation contre la maladie en Afrique.

L’urgence de la situation se traduit par le fait que les chiffres relatifs aux contaminations ne cessent d’évoluer sur le continent, et que plusieurs pays font face à une deuxième ou troisième vague de contamination plus sévère. Dans ce sens, Matshidiso Moeti a indiqué qu’« alors que nous nous approchons des cinq millions de cas et qu’une troisième vague se profile, beaucoup des nôtres parmi les plus vulnérables restent dangereusement exposés à la covid-19 ». Et d’ajouter que le partage des vaccins constitue pour l’Afrique une question de vie ou de mort.

Notons qu’en dehors de la disponibilité des vaccins, l’OMS a tenu à rappeler l’importance de la mise en place d’une politique de sensibilisation de la population africaine à se faire vacciner. En effet, depuis le début des campagnes de vaccinations, seuls « 14 pays africains ont utilisé entre 80 % et 100 % des doses qu’ils ont reçues à travers le Mécanisme COVAX, 20 pays ont utilisé moins de 50 % des doses reçues. Douze pays ont plus de 10 % de leurs doses du vaccin AstraZeneca risquant d’expirer, d’ici fin août ».

Ecofin