La pandémie de Covid-19 affecte les progrès en matière d’accès universel à l’électricité

La pandémie de Covid-19 affecte les progrès en matière d’accès universel à l’électricité

Les conséquences de la Covid-19 sur la qualité de vie des populations ont ralenti l’accès universel à l’énergie. Pour la première fois en six ans, le nombre de personnes sans électricité, dont les deux tiers en Afrique subsaharienne, a augmenté au lieu de baisser. 

25 millions de personnes en plus n’auraient pas accès à l’électricité en Afrique et en Asie en raison de la pandémie de Covid-19. Selon l’édition 2021 d’un rapport de plusieurs agences internationales (AIE, IRENA, Banque mondiale,…) plus des deux tiers de ce nombre se trouvent en Afrique subsaharienne. La pandémie met ainsi en péril l’objectif de l’ONU de garantir l’accès à l’électricité pour tous d’ici 2030. Le nombre de personnes privées d’électricité en Afrique a augmenté en 2020 après avoir diminué au cours des six dernières années, indique le rapport.

Selon le rapport, la pandémie a affecté les emplois et les revenus en 2020. Les progrès réalisés au cours de la dernière décennie ont été menacés par l’arrivée de la pandémie. Depuis 2010, plus d’un milliard de personnes ont eu accès à l’électricité. Mais avec Covid-19, des millions de personnes ont eu du mal à payer les services d’électricité.

Selon Demetrios Papathanasiou, directeur pour l’énergie et les industries extractives à la Banque mondiale, « L’accès à l’électricité est essentiel au développement, en particulier dans le contexte de l’atténuation des impacts du COVID-19 et du soutien au rétablissement humain et économique ». Cependant, les politiques actuelles indiquent que 660 millions de personnes n’auront toujours pas accès à l’électricité d’ici 2030, poursuit le rapport.

Les pays devront intensifier le développement des énergies propres pour protéger la santé humaine, en particulier dans les zones rurales. Pour Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE, des efforts devront être faits pour mobiliser et augmenter les investissements afin que « les progrès en matière d’accès à l’énergie se poursuivent dans les économies en développement ». Pour y parvenir, les gouvernements devront travailler ensemble, a-t-il ajouté.

Ecofin

Journée portes ouvertes MDI Business School Alger