Les investissements énergétiques mondiaux devraient se redresser en 2021 Selon l’AIE

Les investissements énergétiques mondiaux devraient se redresser en 2021 Selon l’AIE

L’investissement mondial dans l’énergie devrait rebondir de près de 10 % en 2021 pour atteindre 1 900 milliards USD, inversant la majeure partie de la baisse de l’année dernière provoquée par la pandémie de Covid-19, mais les dépenses consacrées aux transitions énergétiques propres doivent s’accélérer beaucoup plus rapidement pour atteindre les objectifs climatiques, selon à un nouveau rapport de l’Agence internationale de l’énergie.

Les investissements énergétiques revenant aux niveaux d’avant-crise, sa composition continue de se déplacer vers l’électricité : 2021 est en passe d’être la sixième année consécutive que les investissements dans le secteur de l’électricité dépassent ceux de l’approvisionnement traditionnel en pétrole et en gaz, selon le World Rapport sur les investissements énergétiques 2021 .

L’investissement mondial dans le secteur de l’électricité devrait augmenter d’environ 5 % en 2021 pour atteindre plus de 820 milliards USD, son plus haut niveau jamais enregistré, après être resté stable en 2020. Les énergies renouvelables dominent les investissements dans les nouvelles capacités de production d’électricité et devraient représenter 70 % du  total cette année. Et cet argent va maintenant plus loin que jamais dans le financement de l’électricité propre, avec un dollar dépensé aujourd’hui pour le déploiement de l’énergie solaire photovoltaïque, ce qui se traduit par quatre fois plus d’électricité qu’il y a dix ans, grâce à une technologie considérablement améliorée et à des coûts en baisse. « Le rebond des investissements énergétiques est un signe bienvenu, et je suis encouragé de voir davantage d’investissements se diriger vers les énergies renouvelables », a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. « Mais des ressources bien plus importantes doivent être mobilisées et orientées vers les technologies énergétiques propres pour mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Sur la base de notre nouvelle feuille de route Net Zéro, les investissements dans l’énergie propre devront tripler d’ici 2030.

Alors que les énergies renouvelables dominent les nouveaux investissements dans l’électricité et que les approbations pour les centrales au charbon sont inférieures d’environ 80 % à ce qu’elles étaient il y a cinq ans, le charbon n’est pas en reste. Il y a même eu une légère augmentation des feux verts pour les centrales au charbon en 2020, tirée par la Chine et certaines autres économies asiatiques.

Les investissements pétroliers et gaziers en amont devraient augmenter d’environ 10 % en 2021 alors que les entreprises se remettent financièrement du choc de 2020, mais leurs dépenses restent bien en deçà des niveaux d’avant la crise. Le nouveau rapport met en évidence les stratégies divergentes entre les différentes sociétés pétrolières et gazières. Les majors maintiennent les dépenses pétrolières et gazières au même niveau en 2021, malgré la reprise des prix. Pendant ce temps, certaines compagnies pétrolières nationales intensifient leurs investissements, élevant la possibilité d’une augmentation des parts de marché si la demande continue de croître. La décision du Qatar d’aller de l’avant avec la plus grande expansion du gaz naturel liquéfié (GNL) au monde et d’inclure des technologies de capture du carbone dans cet investissement est un signal fort de son intention de maintenir une position de leader dans le GNL.

Les dernières données montrent que les dépenses de certaines sociétés pétrolières et gazières mondiales commencent à se diversifier. L’analyse de l’AIE l’année dernière a mis en évidence que seulement 1% environ des dépenses en capital de l’industrie allait aux investissements dans les énergies propres. Mais le suivi des projets à ce jour en 2021 suggère que cela pourrait atteindre 4% cette année pour l’ensemble de l’industrie, et bien au-dessus de 10% pour certaines des principales entreprises européennes.

L’influence des plans de relance et des nouvelles mesures de politique climatique se manifeste dans les attentes d’augmentation des dépenses en 2021 dans les énergies renouvelables, les réseaux électriques, l’efficacité énergétique – notamment dans le secteur du bâtiment en Europe – et les technologies émergentes telles que la capture, l’utilisation et le stockage du carbone et la -hydrogène carboné. Les États-Unis pourraient donner un nouvel élan si le plan d’infrastructure proposé par l’administration du président Joe Biden est adopté.

Les marchés financiers fournissent également des signes encourageants pour les investissements dans les énergies propres. Les émissions de dette durable ont atteint un niveau record en 2020, et les sociétés d’énergie renouvelable ont surperformé les sociétés de combustibles fossiles sur les marchés boursiers internationaux. Mais même si les dépenses en énergie propre devraient augmenter d’environ 7 % en 2021, le rapport note que la croissance de ces dépenses en capital a pris du retard sur les changements sur les marchés financiers, en partie en raison d’une pénurie d’opportunités d’investissement dans l’énergie propre de haute qualité et d’opportunités appropriées. canaux d’allocation des capitaux dans les projets.

Les 750 milliards de dollars US prévus pour les technologies énergétiques propres et l’efficacité énergétique en 2021 sont encourageants mais restent bien en deçà de ce qui est nécessaire pour mettre le système énergétique sur une voie durable. Les investissements dans les énergies propres devraient tripler dans les années 2020 pour mettre le monde sur la bonne voie pour atteindre zéro émission nette d’ici 2050, gardant ainsi la porte ouverte à une stabilisation à 1,5 °C de la hausse des températures mondiales. « Comme indiqué en détail dans notre récente feuille de route vers un net zéro d’ici 2050, les gouvernements doivent aller au-delà des promesses de réduction des émissions et prendre des mesures concrètes pour accélérer les investissements dans des solutions énergétiques propres prêtes à être commercialisées et promouvoir l’innovation dans les technologies à un stade précoce », a déclaré le Dr Birol. « Des signaux politiques clairs de la part des gouvernements réduiraient les incertitudes associées aux investissements dans les énergies propres et offriraient aux investisseurs la visibilité à long terme dont ils ont besoin. Notre feuille de route montre qu’il existe d’énormes opportunités pour les entreprises, les investisseurs, les travailleurs et des économies entières sur la voie du zéro net. Les gouvernements ont le pouvoir de débloquer ces avantages généraux.

L’écart entre les tendances d’investissement d’aujourd’hui et les besoins des scénarios climatiques est particulièrement important dans les pays émergents et les économies en développement. Cela apparaît comme une faille critique dans les transitions énergétiques propres avant la réunion cruciale de la COP26 à Glasgow plus tard cette année, et fera l’objet d’un nouveau rapport majeur de l’AIE sur le financement des transitions énergétiques propres dans les marchés émergents et les économies en développement , à sortir le 9 juin.

Source : AIE

Journée portes ouvertes MDI Business School Alger