HomeActualitéNationalHirak : plusieurs manifestants placés en garde à vue dans plusieurs wilayas

Hirak : plusieurs manifestants placés en garde à vue dans plusieurs wilayas

Interpellés vendredi 28 mai 2021 lors des tentatives de marches du Hirak ‘119ème vendredi), plusieurs personnes ont été placés en garde à vue à Alger, Bouira, Boumerdes, Constantine et Naama et seront présentés demain dimanche devant les tribunaux.

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a indiqué que neuf (9) manifestants arrêtés hier au chef-lieu de la wilaya de Bouira, sont placés en garde à vue et seront présentés demain 30 mai devant tribunal de cette ville. Ces personnes ont été interpellées lors de la tentative de marche du Hirak empêchée par les forces de l’ordre. Il s’agit de : Yazid Derbal, Khaled Derballah , Abderrezak Lamri , Idir Chait , Mohamed Ayad , Abdelhak Kacimi, Mourad Amzil , Kamel Belaïdi et une autre personne non encore identifiée.

Selon le journal El Watan de ce samedi : « Le quartier de Ras Bouira a été le théâtre, en fin d’après-midi d’hier, de violents affrontements opposants des manifestants aux forces antiémeutes de la police. Les voies d’accès étaient complètement bloquées. Les services de sécurité ont usé de tirs à lacrymogène et même de balles en caoutchouc pour disperser une foule qui voulait sortir pour marcher dans les rues du chef-lieu de wilaya. Plusieurs blessés ont été signalés du cotés des policiers et des émeutiers ».

A Naama, sept (7) personnes arrêtées vendredi ont été placées en garde à vue et seront présentées demain devant le tribunal de Mechria (wilaya de Naama). Parmi ces personnes : Abdelkader Ben Slimane, Djahid Mekki et un certain Yahiaoui âgé de 60 ans.

A Constantine, le CNLD a signalé l’arrestation et le placement en garde à vue des deux sœurs « Aya Boussioud et Norhane Boussioud ainsi que des deux jeunes Abdennour Tolba et Attef Boutout. Les quatre seront présentés demain devant le procureur du tribunal d’El Ziadia.

A Alger, où un impressionnant dispositif policier a été déployé hier au centre-ville pour empêcher la marche du Hirak, plusieurs arrestations ont été signalées dont la plupart des personnes interpellées ont été relâchées, mais d’autres ont été placées en garde à vue en attendant leur présentation devant le tribunal. Ces personnes ont été arrêtées lors des marches improvisées aux quartiers d’El Harrach et Ain Beniane. Parmi ces personnes placées en gade à vue : Mohamed Kessal, qui se trouve au commissariat de Cheraga; Ahmed Oussaidene, arrêté à Ain Beniane, se trouve également au commissariat de Chéraga; Boualem Boudissa, arrêté à El Harrach. Le CNLD a également signalé l’arrestation hier d’ Ougour Amine Walid avec perquisition de son domicile.

Dans la wilaya de Boumerdes, 7 personnes arrêtés entre jeudi et vendredi à Naciria, ont été également placées en garde et seront présentées ce dimanche devant le tribunal de Boumerdes. Il s’agit de Kamel Misraoui et Nasser Baghdadi, Mehdi Khalfellah, Karim Amiri, Younes Salhi, Sofiane Belhacel et Yacine Ioudjaoudene, indique le CNLD qui précise que ces deux derniers sont des habitants de Ain El Hammam (ex-Michelet à Tizi Ouzou) et qui travaillent à Reghaia (Alger), en rentrant à la maison pour le week-end ont été arrêtées par la police et placées en garde à vue à Naciria car ils se trouvaient de passage lors des émeutes qui ont secoué jeudi cette localité, où les citoyens ont tenté d’organiser une marche pour exiger la libération des détenus d’opinion. La marche a tourné à l’affrontement entre les manifestants et les forces de l’ordre. Selon le CNLD, le jeune Ali Bengana, arrêté jeudi aux environs de 13H00 et mis sous mandat de dépôt après présentation devant le procureur.

A El Oued, rapporte encore le CNLD, Borhane Eddine Fakih a été convoqué jeudi par la police de Djamaa suite à ses publications Facebook durant son service militaire. Borhane Fakih a été placé en garde à vue et sera présenté devant le procureur du tribunal d’El Oued ce dimanche 30 Mai 2021.

Il faut rappeler que depuis l’annonce, le 9 mai dernier, du ministère de l’Intérieur de l’obligation de la déclaration des marches, la répression contre les manifestants est allée crescendo. Ces trois dernières semaines, des centaines de manifestants ont été arrêtés lors des tentatives de marches du Hirak qui ont été empêchées à travers le pays, à l’exception de Tizi-Ouzou et de Béjaïa. Des dizaines de personnes ont été placées sous mandat de dépôt et d’autres condamnées à de la prison ferme à travers plusieurs wilayas. Hier, le CNLD a fait état de 187 détenus d’opinion répartis à travers 32 wilayas.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine