HomeEntreprises-ManagementMohamed-Moncef Bouderba : « Les céramistes ont perdu 60% de leur chiffre...

Mohamed-Moncef Bouderba : « Les céramistes ont perdu 60% de leur chiffre d’affaires »

Durant la crise sanitaire, les céramistes ont perdu 60% de leur chiffre d’affaires. C’est ce qu’a révélé aujourd’hui le président de l’Association des céramistes algériens, Mohamed-Moncef Bouderba.  Il a appelé, lors de son intervention à la radio chaine 3, à la mise en place d’un fonds de compensation pour les entreprises impactées par la pandémie de Covid-19, dans le projet de loi de finances complémentaire de 2021.

Le président de cette organisation patronale estime que l’impact de la crise sanitaire n’est pas le même d’un secteur d’activité à un autre. Selon lui, dans certains cas, la Covid-19 a constitué une impulsion positive. « La pandémie de Covid 19 a touché certains secteurs notamment l’industrie pharmaceutique qui a fait un bond important sur le plan des investissements. Le secteur des hydrocarbures profite également d’une embellie des prix du pétrole. Ça donne à l’Algérie une ouverture intéressante pour des investissements et surtout pour le transfert de technologie. Cela peut également donner à l’Algérie une aisance financière pour pouvoir souffler sur le plan social, couvrir les déficits et s’inscrire dans un véritable plan de relance de l’économie.»

D’autres secteurs ont eux aussi subi la pandémie de plein fouet. Mohamed-Moncef Bouderba affirme que « le secteur du bâtiment a souffert cruellement de cette pandémie de Covid 19 pour des raisons techniques : on ne pouvait pas transporter la marchandise, nos employés n’avaient pas accès à nos unités de production… Nous avons été pénalisés sur le plan pratique. »

« A partir de juin 2020, le gouvernement a été sensible à nos messages et nous a permis de reprendre notre activité et de tenir nos engagements par rapport à nos employés et au marché algérien.» a-t-il ajouté en appelant le gouvernement à soutenir le secteur du BTPH. « Ce qui nous préoccupe actuellement c’est la relance de l’habitat social et promotionnel. Le logement promotionnel a continué à fonctionner durant la crise sanitaire, c’est d’ailleurs ce qui nous a permis de rester en vie, mais il faut que le gouvernement relance les grands projets de logements initiés en 2018 et 2019.»  Le président de l’Association des céramistes algériens insiste : « Il faut que le gouvernement relance le bâtiment car, comme le dit si bien l’adage, quand le bâtiment va, tout va.»

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine