Carburants : Pas d’importation en 2021 si le niveau de consommation actuel se maintient

Abandon de l’essence super : Le ministère de l’énergie apporte des explications

Le président du Comité de direction de l’Autorité de régulation des hydrocarbures (ARH), Rachid Nadil, a indiqué que pour l’année 2021, il n’y aurait pas d’importation de carburants (essence et gasoil), si le niveau de consommation actuel, impacté par la Covid-19, se maintient.

L’Algérie qui importait avant la pandémie des quantités allant de 1,5 à 2 millions de tonnes de gasoil par an, pourrait recourir à nouveau à l’importation de ce carburant, une fois la demande reprendra, avec une relance forte des activités économiques. Mais avec la réception de la nouvelle raffinerie de Hassi Messaoud, actuellement en phase de réalisation, le pays devrait ne plus importer de gasoil, a souligné M. Nadil, dans un entretien accordé ce samedi à l’agence officielle APS.

Selon les chiffres avancés par le président de l’ARH, la consommation globale de carburants (essences et gasoil) sur le marché national a atteint 12,59 millions de tonnes en 2020, soit une baisse de 12,7 % par rapport à 2019 (14,4 millions de tonnes).

La consommation des essences était de l’ordre de 3,36 millions de tonnes en 2020, en baisse de 14,14% par rapport à 2019 (3,92 millions de tonnes), alors que la consommation du gasoil a avoisiné durant la même année les 9,23 millions de tonnes, en recul de 12,1 % par rapport à 2019.

« En 2020, nous avons même exporté du gasoil alors que nous étions des importateurs de ce carburant. La facture qui était de 2,5 milliards de dollars en 2019 a été réduite à 950 millions de dollars », a-t-il soutenu.

Journée portes ouvertes MDI Business School Alger