Ouverture des banques à l’étranger et des bureaux de change : le ministre des Finances s’exprime

Ouverture des banques à l'étranger et des bureaux de change : le ministre des Finances s'exprime

Le ministre des Finances, Aïmen Benabderrahmane, a évoqué, ce mardi 4 mai 2021, l’ouverture de succursales de banques algériennes à l’étranger et l’ouverture des bureaux de change.

Dans une déclaration à la presse, en marge du lancement de la commercialisation des prestations de la finance islamique, à la Banque d’agriculture et de développement rural (BADR) à Blida, le ministre a indiqué : « Des succursales des banques nationales seront ouvertes dans les prochaines semaines, au niveau d’un nombre de pays africains et européens ». Benabderrahmane dont les propos ont été rapportés par l’agence officielle APS, a fait savoir que « le taux d’avancement des préparatifs de ce projet est de près de 90% ».

Le ministre des Finances a expliqué que cette mesure vient en réponse aux doléances d’opérateurs économiques, relatives à l’ouverture de succursales bancaires à l’étranger, afin de faciliter leurs transactions, a-t-il souligné, relevant que la concrétisation de ce projet a été retardée » en raison de la pandémie du coronavirus, qui a impacté les différentes transactions et activités économiques à l’échelle mondiale ».

Ouverture des bureaux de change et valeur du Dinar

Interrogé sur la possibilité d’ouverture de bureaux de change, M. Benabderrahmane, a répondu que ce type de bureaux « sont disponibles au niveau des pays comptant un grand nombre de touristes vu que ces établissements sont destinés à couvrir leurs besoins et non pas pour les citoyens résidents ».

Le ministre des Finances a, par ailleurs, lancé un appel aux opérateurs en possession de grandes sommes d’argent, à les « déposer au niveau des banques ».

Il a signalé que ces fonds seront destinés au « financement de projets économiques qui permettront une relance effective de l’économie nationale et de rétablir la valeur de la monnaie nationale », car « la valeur de la monnaie d’un pays est tributaire de la force de son économie, et la préservation de cette valeur est un défi national à relever, avec les efforts concertés de tous les opérateurs économiques ».

Colloque MDI