Protestation contre le découpage administratif au Sud : Le ministère de l’Intérieur réagit

Protestation contre le découpage administratif au Sud : Le ministère de l'Intérieur réagit

Depuis quelques jours des citoyens de certaines localités du Sud du pays protestent contre le nouveau découpage administratif qui a vu la création de dix nouvelles wilayas. En effet, un décret exécutif a été publié jeudi dernier au journal officiel. Ce texte qui a fixé la consistance et les limites territoriales des wilayas nouvellement créées est la cause de cette fronde. Le ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire a réagi dimanche en affirmant que la création des dix nouvelles wilayas n’a entraîné aucun changement dans les frontières territoriales

Durant le weekend, deux marches de protestation ont été organisées à Tamanrasset. Samedi a eu lieu également une manifestation des citoyens de la daïra El Hedjira à Ouargla qui ont refusé le nouveau découpage et leur rattachement à la nouvelle wilaya de Touggourt.

https://twitter.com/minochere/status/1383405025578291205?s=20

Vendredi et Samedi derniers, les Touareg de l’Ahaggar ont manifesté à Tamanrasset pour dénoncer “la violation réglementée”, selon eux, de leur territoire et « l’expropriation » de leurs terres au profit des communes relevant administrativement des wilayas de Djanet et d’Illizi. Ils ont qualifié cela de « provocation de trop », rapporte le journal Liberté dans son édition d’hier, qui a précisé que la marche a démarré du siège de la délégation locale du médiateur de la République jusqu’au nouveau siège de la wilaya où se sont rassemblés tous les protestataires en scandant des slogans hostiles au gouvernement en place.

Participant à cette action de protestation, le représentant des notables, Abdelkader Messek, cité par la même source a indiqué : « toutes les tribus de l’Ahaggar ont pris part à cette action de la dignité et de l’honneur pour sommer le Premier ministre Abdelaziz Djerad, à revoir le dernier décret fixant la consistance et les limites territoriales des wilayas nouvellement créées. »

« Les notables qui devaient négocier avec le wali ont été désignés depuis ce matin, mais il ne veut toujours pas venir nous entendre comme pour signifier que le problème le dépasse. Cette action est le prolongement de la protestation menée hier (vendredi, ndlr) à Tazrouk pour faire valoir nos revendications. S’il n’y a pas de résultat d’ici peu, on va hausser le ton en investissant la capitale », a averti Abdelkader Messek.

Les protestataires ont dénoncé une forme de « spoliation » visant les richesses minières de l’Ahaggar et ses réserves gazières et celles de sel industriel. « La wilaya était pourtant saisie au sujet de cette affaire puisqu’on a eu vent des manœuvres de certains P/APC d’Ajjer qui voulaient rattacher les localités en question à la nouvelle consistance de leurs communes. Ce projet remontant à plus de trois ans était même le cheval de bataille de la wilaya déléguée de Djanet en prévision de son émancipation de la wilaya mère, Illizi. Pauvre en ressources naturelles, Djanet n’a pas trouvé mieux que de s’approprier malicieusement les terres stratégiques de l’Ahaggar de connivence avec les autorités compétentes », accuse-t-on.

https://twitter.com/minochere/status/1383408531202711554?s=20

Un autre notable a expliqué a Liberté que les frontières traditionnelles entre l’Ahaggar et l’Ajjer ont été fixées depuis longtemps en concertation avec les chefs spirituels des deux camps. Un membre de la commission devant tabler sur le problème avec les autorités  locales a rappelé que la question des frontières est une ligne infranchissable pour les Touareg de l’Ahaggar. Selon lui, “il n’y a pas trente-six chemins pour régler cette affaire. Il suffit de revoir la carte fixant les limites territoriales des communes en conflit depuis 1986 pour pouvoir remettre les choses sur les rails et comprendre par conséquent les visées malintentionnées de certains fauteurs de trouble qui veulent déstabiliser l’Ahaggar ». Le P/APC de Tazrouk, Oumaïli Bloulen, a fait état d’un rapport détaillé sur les limites territoriales de sa commune qui a été adressé, le 14 mars 2021, au wali de Tamanrasset, Mustapha Guerriche. 

La réaction du ministère de l’Intérieur

Dans un communiqué publié dimanche, le ministère de l’Intérieur a affirmé que la création des dix nouvelles wilayas n’a entraîné aucun changement dans les frontières territoriales, rappelant que la Loi relative à l’organisation territoriale du pays demeure en vigueur.

« Suite à ce qui été relayé récemment au sujet de prétendus changements introduits dans les frontières territoriales de certaines wilayas du Sud, le ministère de l’Intérieur, des collectivités locales et de l’aménagement du territoire rappelle que la Loi N 19-12 du 11 décembre 2019 modifiant et complétant la Loi N 84-09 du 04 février 1984 relative à l’organisation territoriales du pays, demeure toujours en vigueur et ce en application des dispositions de l’article 139 de la Constitution », a précisé le communiqué. « Le nouveau découpage administratif est soumis exclusivement aux dispositions de l’article 139 de la Constitution », a rappelé le ministère de l’Intérieur.

Un décret exécutif N 21-128 du 15 Chaâbane 1442 correspondant au 29 mars 2021, modifiant et complétant le décret N 84-365 du 1er décembre 1984 fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes, a été publié dans le Journal Officiel. Les wilayas concernées sont: Timimoune, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, Béni Abbes, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El Megaier et El Meniaa.

Journée portes ouvertes MDI Business School Alger