Homela deux113ème vendredi du Hirak : Malgré le mauvais temps et le Ramadan,...

113ème vendredi du Hirak : Malgré le mauvais temps et le Ramadan, la mobilisation au rendez-vous

Malgré le Ramadan et le mauvais temps, des milliers de manifestants étaient au rendez-vous à Alger et dans d’autres villes du pays pour le 113ème vendredi du mouvement populaire « Hirak ».

Des marches ont été signalées à Alger, Oran, Béjaïa, Tizi-Ouzou, Bouira, Annaba, Constantine, Sétif, Skikda, Bordj Bou Arreridj, Ain Beida (Oum El Bouaghi)…, selon des images et vidéos partagées ce 16 avril 2021 sur les réseaux sociaux.

A Alger, des milliers de manifestants, munis de parapluies, ont battu le pavé aujourd’hui malgré une météo capricieuse marquée par de fortes pluies et le Ramadan qui a débuté mardi 13 avril. Le dispositif policier habituel a été déployé dans les principales rues où défilent les manifestants.

 

La marche a débuté juste après la prière du vendredi. Des foules de manifestants ont commencé a rallier le centre-ville de la capitale depuis les différents quartiers. Un premier cortège a défilé de la rue Didouche Mourad en direction de la Grande Poste. Ils ont été rejoints après par des cortèges venus notamment des quartiers populaires de Bab El Oued et de Belouizdad.

Les manifestants ont défilé dans les différentes artères d’Alger-Centre en scandant leurs slogans hostiles au pouvoir en réitérant les revendications du Hirak. Un slogans anti-France a été également repris par les manifestants : « Fransa rahi wellat, noudhou ya lewlad » (La France est de retour, levez-vous les jeunes).

Parmi les slogans repris et brandi par les manifestants à Alger : « Djazair horra dimokratia » (Algérie libre et démocratique), « dawla madania, machi askaria » (Etat civil, non militaire), « makache intikhabat maâ el îssabat » (pas d’élections avec les bandes), « maranach habsin » (On ne s’arrêtera pas)… Les manifestants ont également brandi des banderoles et pancartes en guise de soutien aux détenus d’opinions.

Sur une banderole on peut lire : « La liberté d’expression et de bloguer n’est pas un crime ».

A Alger, le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a signalé des interpellations d’au moins deux manifestants.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine