Importation de viandes rouges : Les opérateurs concernés n’ont pas encore reçu le feu vert

Importation de viandes rouges : Les opérateurs concernés n'ont pas encore reçu le feu vert

Alors que le président de la république, Abdelmadjid Tebboune, avait annoncé, le 21 mars 2021 lors de la réunion du Conseil des ministres, l’autorisation « à titre exceptionnel » de l’importation des viandes congelées en prévision du mois de Ramadan, les opérateurs concernés n’ont pas encore reçu le feu vert des ministères de l’Agriculture et du Commerce.

C’est ce qu’a fait savoir, ce mercredi sur les ondes de la radio chaîne 2, le président de la Fédération nationale des importateurs de viandes rouges, Sofiane Bahbou. Celui-ci a affirmé : « Jusqu’à maintenant on n’a pas encore reçu le feu vert des deux ministères concernés, à savoir de l’agriculture et du commerce ».

« On nous a encore rien communiqué concernant les procédures à suivre pour la reprise des importations », a-t-il précisé, en expliquant qu’il y a deux  autorisations que les deux tutelles doivent délivrer pour chaque opérateur. « Il s’agit de la dérogation sanitaire pour l’importation des viandes rouges et concerne le ministre de l’agriculture et le certificat du respect du ministère du commerce, qui est bloqué depuis pratiquement quatre mois », a-t-il ajouté.

L’invité précise qu’on ne peut pas ouvrir une lettre de crédit sans avoir ces deux fameux documents. « Le président de la république  a pris la décision du dégel de l’importation, je ne comprends pas pourquoi tout ce retard surtout lorsque sache que le mois du ramadan est très proche », s’interroge-t-il.

20 000 taurillons seront importés

A rappeler que le directeur général de l’Office national interprofessionnel des légumes et des viandes (ONILEV), Mohamed Kherroubi, a fait savoir, le 21 mars 2021, qu’un peu plus de 20 000 taurillons seront importés.

« Des autorisations ont été délivrées par le ministère de l’Agriculture dans le cadre des autorisations sanitaires pour l’importation d’un peu plus de 20 000 taurillons, entre taurillons d’engraissement et d’embouche, pour approvisionner le marché national en viande rouge », a précisé Mohamed Kherroubi, qui a rappelé l’interdiction de l’importation des viandes fraîches et congelées qui dure depuis plus de six mois.

Le DG de l’ONILEV a expliqué que l’importation de ces 20 000 taurillons permettra « aux abattoirs de fonctionner, faire de la plus value, et permettre à toute la chaîne de fonctionner le plus normalement et de mieux rentabiliser nos abattoirs et avoir de la viande halal, afin de permettre au consommateur de s’approvisionner en viande fraîche directement abattue dans nos abattoirs ».

Pour rappel, les importations des viandes rouges ont été gelées par les pouvoirs publics, depuis le 4ème trimestre 2020.  Une décision, qui rentre dans le cadre de la rationalisation des importations ainsi que l’encouragement des produits locaux et répond par la même occasion aux attentes des éleveurs et des engraisseurs qui se sentaient concurrencés par les produits importés.