HomeénergieLe blocage du canal de Suez hier, a fait bondir de presque...

Le blocage du canal de Suez hier, a fait bondir de presque 6% les cours du pétrole

Les cours du pétrole, très volatils ces dernières séances, ont rebondi de presque 6% mercredi, portés par les craintes sur l’approvisionnement en or noir dues au blocage du canal de Suez et après un état des lieux mitigé des stocks de brut aux Etats-Unis.

Le volte-face de la chancelière Angela Merkel, qui, sous les critiques, a renoncé « au confinement drastique du week-end de Pâques a tiré les prix du brut« , a aussi affirmé Robert Yawger de Mizuho USA.

Le baril américain de WTI pour le mois de mai a gagné 5,92% ou 3,42 dollars à 61,18 dollars par rapport à la clôture de la veille.Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison au même mois a avancé de 3,62 dollars ou 5,95% à 64,41 dollars à Londres.

Le pétrole a évolué mercredi au rythme des informations sur la durée du blocage du canal de Suez, a expliqué Edward Moya, analyste de Oanda.

C’est l’Ever Given, navire de 400 mètres de longueur battant pavillon panaméen et se rendant de Yantian (Chine) à Rotterdam, qui s’est échoué mardi en travers du canal.

Huit remorqueurs ont été dépêchés sur place mais le blocage persistait mercredi soir et les inquiétudes grandissaient sur l’approvisionnement d’or noir.

Les investisseurs « essayent d’évaluer la durée pendant laquelle l’énorme porte-conteneur bloquera l’une des voies navigables les plus fréquentées du monde« , a souligné Edward Moya, afin de mesurer l’ampleur de la perturbation de l’offre d’or noir en conséquence.

Avec une reprise espérée du trafic « plus tard dans la journée ou jeudi« , les cours du brut « s’installent à leur sommet » en fin de séance européenne, a constaté M. Moya.

Le Brent et le WTI ont également bénéficié de la publication à 14H30 GMT (15H30 à Paris) par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA) des derniers chiffres sur les stocks de brut aux États-Unis, la hausse se limitant à 1,9 million de barils.

Le coup de pouce est surtout venu de la hausse mesurée des stocks d’essence, de l’ordre de 200.000 barils la semaine passée alors que les analystes attendaient le quintuple, une bonne surprise, encourageante sur le niveau de la demande physique.

Afp

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine