Le Président Tebboune reçoit la ministre suisse de la Justice et de la Police

Le président de la République, Abdelmadjid, Tebboune, a reçu, mercredi 24 mars 2021, la ministre suisse de la Justice et de la Police, Karin Keller-Sutter, en visite officielle en Algérie. (Crédit photo : Présidence de la République sur Facebook)

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a reçu, mercredi au siège de la présidence de la République, la ministre suisse de la Justice et de la Police, Karin Keller-Sutter, en visite officielle en Algérie, rapporte l’agence officielle APS.

A l’issue de l’audience, la ministre suisse a déclaré à la presse que la rencontre avec le président de la République était « fructueuse », ajoutant que le président Tebboune lui a réservé un accueil « très chaleureux » qui « reflète l’amitié entre les deux pays », ainsi que celui accordé par les ministres de la Justice, Garde des sceaux et de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire. « Nous sommes convenus de renforcer la bonne coopération entre les deux pays pour assurer la sécurité à nos citoyens en Suisse et en Algérie », a-t-elle dit.

La ministre suisse a été reçue auparavant par le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati. Dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue algérien, la cheffe du Département fédéral suisse de Justice et Police a souligné l’importance des échanges d’expériences entre des experts Algériens et Suisses dans le domaine de la lutte contre la criminalité.

Mme Keller-Sutter a salué d’abord les « très bonnes relations » qui lient l’Algérie et la Suisse. « Nous avons eu des discussions très fructueuses. Nous sommes tout à fait d’accord sur le fait que les relations entre la Suisse et l’Algérie sont très bonnes », a-t-elle dit.

A propos de la coopération dans le domaine de la justice, elle a fait savoir qu’elle a invité une délégation de magistrats algériens pour un séminaire de formation en Suisse consacré à la lutte contre la criminalité et ses différents types.

Elle a ajouté, dans ce cadre, que cette rencontre « permettra d’avoir aussi un échange d’expériences entre experts algériens et suisses » dans le domaine de la lutte contre la criminalité, en soulignant l’importance de ce genre d’échanges.

Concernant la révision de l’accord algéro-suisse d’entraide judiciaire, demandée par la partie algérienne, Mme Keller-Sutter a indiqué avoir proposé, lors de l’entretien avec M. Zeghmati, l’organisation d’une réunion d’experts des deux pays pour « étudier les possibilités d’une éventuelle adaptation de cet accord ».