Tension sur l’huile de table : Kamel Rezig s’exprime

Tension sur l'huile de table : Kamel Rezig s'exprime

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, s’est exprimé, lundi soir dans le JT de 20h de la télévision nationale, sur la tension que connait ces dernières semaines l’huile de table.

Le ministre a assuré que selon les données de son département, il y a un grand stock en matière d »huile de table. « Nos besoins mensuels (en huile de table, ndlr) avoisinent les 48 000 tonnes et notre production durant le mois de janvier a avoisiné les 51 000 tonnes, et en février, environ 53 000 tonnes. Ce qui est produit par les six sociétés activant dans la filière d’huile, dépasse de 5000 tonnes nos besoins en la matière », a expliqué Kamel Rezig, qui a fait savoir que les entreprises en question ont un stock de plus 100 000 tonnes entre la matière première et ce qui est produit. « Nous avons un stock de trois mois », a-t-il précisé.

Kamel Rezig a déploré le fait que le même scénario de l’année passée avec la semoule s’est reproduit cette année avec l’huile de table. Le ministre a considéré que c’est une forme de spéculation. « Je rassure les citoyens que l’huile de table est disponible en grande quantités, nos stocks couvriront trois mois. Si le Gouvernement constate une pénurie, il est prêt à importer non pas un seul navire, mais, cinq ou 10 navires », a-t-il dit, en appelant les citoyens à ne pas tomber dans la même problématique de la semoule de l’année passée.

« Pour l’huile, en matière de quantités, la production des sociétés implantées à Oran, Béjaïa, Alger, Boumerdes, Annaba et Souk Ahras, est suffisantes pour couvrir nos besoins pendant au moins trois mois », a-t-il rassuré, en précisant que les besoins en ce produit sont de 1600 tonnes par jour et ces entreprises produisent quotidiennement 3000 tonnes.

Kamel Rezig a appelé les citoyens à ne pas changer leurs habitudes de consommation. « Malheureusement, nous avons constaté un changement dans les habitudes de consommation des citoyens qui sont tombés dans le piège des rumeurs. Si le citoyen avait l’habitude d’acheter 1 bidon d’huile, il achète maintenant 4 ou 5 bidons », a-t-il expliqué.

« Je rassure les citoyens que nos capacités de production dépassent nos besoins d’une fois et demi. Nous avons une réserve stratégique qui couvrira nos besoins en matière d’huile de table jusqu’au mois de juin », a-t-il indiqué, en faisant savoir : « Nous avons 12 marques d’huiles dont 10 sont subventionnées et deux ne le sont pas. Les marques dont le prix est subventionné et plafonné à 600 dinars (bidon de 5 litres, ndlr), sont disponibles en quantités et plus que nos besoins jusqu’à juin ».

Pour le ministre, tout ce qui se rapporte ici et là, ne sont que des rumeurs en dénonçant la spéculation sur ce produit de large consommation. Il a fait savoir que 15 000 litres d’huile de table ont été saisies après les interventions sur le terrain du ministère du Commerce avec les éléments de la Gendarmerie nationale et de la police.

Tout en insistant sur le fait que tous les produits sont disponibles en grandes quantités, Kamel Rezig a demandé aux citoyens de ne pas se ruer sur les différents produits, car, avec un tel comportement, ils serviront les intérêts de certains individus malintentionnés, comme c’était le cas, l’année dernière, avec la semoule.

Le ministre a donné quelques chiffres concernant les stocks actuels de certains produits de large consommation : plus 24 000 tonnes en sucre blanc, 94 000 tonnes d’huile brut, 25 000 tonnes d’huile en bouteille, 50 000 tonnes de pomme de terre, 1,6 million de tonnes en fruits et légumes.

Colloque MDI