HomeActualitéNationalVariant britannique : Le DG de l'IPA s'attend à l'apparition d'autres cas...

Variant britannique : Le DG de l’IPA s’attend à l’apparition d’autres cas à l’avenir

Le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar, a annoncé s’attendre à l’apparition d’autres cas du variant britannique du coronavirus Covid-19 à l’avenir.

Dans un entretien publié ce samedi 7 mars, dans les colonnes du quotidien arabophone El Khabar, le professeur Fawzi Derrar a expliqué que la stratégie de surveillance que nous avons adoptée est en vigueur et se déroule régulièrement, bien sûr, en fonction des cas positifs enregistrés, en diagnostiquant las cas de la « Covid 19 », puis la souche du variant.

Interrogé sur l’apparition de nouveaux cas du variant, M. Derrar a répondu par l’affirmative. « Bien sûr, cela est possible, car le virus ne s’arrêtera pas à ce nombre, et nous serons chargés d’informer l’opinion publique », a-t-il souligné.

« Il est vrai que ce que l’on sait du variant britannique indique qu’il est plus rapide que le virus d’origine, en termes de prévalence plus élevée à un taux compris entre 50 et 70% », a précisé le professeur Fawzi Derrar.

Il a expliqué, à ce propos, que les mutations survenues au virus lui permettent de s’accrocher efficacement à l’intérieur des cellules respiratoires du corps humain.

Questionné sur la campagne de vaccination, M. Derrar a indiqué que « la courbe de vaccination augmente progressivement, puisqu’après l’arrivée des premières doses fin janvier, et malgré leur diminution, nous avons enregistré une augmentation de la fréquence de vaccination, certes faible mais progressive ».

Quant à l’objectif d’atteindre 70% de la population vaccinée en Algérie, M. Derrar a rappelé que « toutes les consultations et les étapes que nous sommes sur le point de franchir reposent sur la vaccination de 70% des citoyens », assurant que le pays est « sur la bonne voie ».

Abordant l’arrivée d’autres doses des vaccins, le DG de l’IPA a indiqué : « nous prévoyons d’en recevoir 70%, estimées entre 35 et 40 millions de doses, avant la fin de l’année, et elles seront distribuées par le biais du programme de vaccination que nous essayons de mettre en œuvre logistiquement jusqu’à la fin de l’année ».

Interrogé sur l’immunité collective, M. Derrar a indiqué : « nous l’atteindrons après avoir vacciné une bonne partie de la population, au moins 50%, après quoi on pourra parler d’immunité collective ».

A cet égard, M. Derrar a souligné : « il est vrai qu’il y a des personnes qui ont acquis une immunité à la suite d’une infection par la Covid 19, mais nous ne disposons pas de statistiques sur cette catégorie, qui si elle s’ajoute aux 50%, il est alors possible d’atteindre 60 à 70%, alors à ce moment nous pouvons parler d’immunité globale ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine