An II du Hirak : Début des manifestations dans plusieurs wilayas

La capitale Alger s’apprête à célébrer, ce lundi 22 février 2021, le deuxième anniversaire du mouvement populaire le « Hirak », un soulèvement pacifique contre l’ancien président Abdelaziz Bouteflika qui briguait un cinquième mandat.

Ce mouvement populaire a poussé l’ancien président à la démission le 2 avril 2019 et à l’annulation des élections présidentielles prévues pour le 18 avril de la même année.

Plusieurs manifestants ont protesté, ce lundi, dans les rues d’Alger, pour marquer la continuité du mouvement populaire, interrompu depuis mars 2020, en raison de la crise sanitaire mondiale induite par la propagation du coronavirus Covid-19.

Les Algériens ont également manifesté dans d’autres wilayas pour célébrer le deuxième anniversaire du Hirak, notamment à Bejaia, en scandant des slogans hostiles au régime en place : »Etat civil et non militaire ». Les avocats du barreau de Bejaia ont également rejoint les manifestants.

A Tizi Ouzou, des manifestants sont descendus dans la rue pour célébrer l’an II pour mouvement populaire, au crie de  » État civil et non militaire ». Les avocats du barreau de Tizi Ouzou ont également manifesté.

A Constantine et à Sétif, plusieurs Algériens ont manifesté pour donner un second souffle au mouvement populaire, en scandant les slogans emblématiques du Hirak : »Klitou leblad ya essarakin ».

A Mostagenem et à Annaba, des Algériens ont envahi les rues pour célébrer le deuxième anniversaire du Hirak, en scandant des slogans hostiles au régime.

Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD) a signalé une quinzaine d’interpellations au niveau de la rue Didouche Mourad, à Alger centre.