Homela deuxViandes blanches : Une hausse de 30% des prix attendue au 1er...

Viandes blanches : Une hausse de 30% des prix attendue au 1er trimestre 2021

Selon les prévisions de l’institut technique des élevages (ITELV) concernant les prix des produits avicoles pour le premier trimestre 2021, une baisse de l’offre du poulet vif sur les marchés est prévue à partir des mois de février / Mars 2021.

« On s’attend à une baisse des mises en place des bandes de poulet ce qui va influer certainement sur une baisse de la production et une légère hausse des prix aux différents stades (la loi de l’offre et la demande). On enregistrera ainsi une hausse de l’ordre de 20 à 25 % voire 30 % au niveau de certaines régions du pays par rapport au mois de décembre 2020 », indique l’ITELV dans sa note de conjoncture.

S’agissant des œufs de consommation, l’institut relèvera durant ce premier trimestre (fév/mars) un maintien des prix à des niveaux élevés. Les prix varieront entre 9,50 à 10,00 DA l’unité au niveau de la production, et 12 et 13 DA l’unité au niveau du détail, avec de légères hausses plus importantes au niveau de la région Ouest (la loi de l’offre et la demande).

L’ITELV note que malgré la hausse des prix des aliments, il est attendu une poursuite de l’activité de l’élevage durant les mois février / mars 2021. La conjoncture actuelle n’incite pas les petits éleveurs à mettre en place des bandes de poulets en raison des problèmes financiers et les créances non payées, selon l’institut.

Les informations recueillies auprès des points d’observations indiquent qu’il y aura un léger raffermissement des prix durant ce premier trimestre, un accroissement de l’ordre de 20 à 25 % par rapport au mois de décembre 2020.

« Le manque de matière première (Maïs / Tourteau de soja), et l’instabilité actuelle des prix des aliments ne va pas décourager cette catégorie d’éleveurs car la situation n’est que conjoncturelle. Des solutions de substitution existent et la conjoncture s’y prête, vu que la demande sur ce produit reste toujours importante, ou un grand nombre de consommateurs vont se rabattre sur les viandes blanches vu que les prix restent concurrentiels comparativement aux viandes rouges et aux produits de la mer », ajoute-t-on.

La filière ponte quant à elle reste une filière stable comparativement à la filière chair, car la production est étalée sur une période d’une année minimum. Après les réformes enregistrées durant le mois de décembre 2020, on assiste en ce début d’année à la mise en place de nouvelles bandes de poules pondeuses. Au niveau des élevages, il est prévu une baisse de la production des œufs de consommation. La demande sur ce produit reste toujours importante au niveau des marchés, d’où un maintien des prix à la hausse, une situation qui va se poursuivre jusqu’à atteindre les pics de production vers la fin du premier trimestre 2021 pour pouvoir voir une augmentation de la production et éventuellement une légère baisse des prix.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine