L’OMS s’oppose à la demande de certificat de vaccination comme condition des voyages internationaux

Transport aérien: Le trafic mondial s’est effondré de 66% en 2020

Le Comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est dit contre « à l’heure actuelle » toute demande de certificats de vaccination contre le coronavirus Covid-19 comme condition pour les voyageurs internationaux d’entrer dans un pays. 

Dans un communiqué publié hier vendredi, le Comité d’urgence de l’OMS qui a tenu sa 6ème réunion, jeudi dernier, à Genève, a indiqué qu’à l’heure actuelle, il ne recommande pas « d’introduire l’exigence de preuve de vaccination ou d’immunité pour les voyages internationaux comme condition d’entrée, car il existe encore des inconnues critiques concernant l’efficacité de la vaccination pour réduire la transmission et la disponibilité limitée des vaccins ».

« Une preuve de vaccination ne doit pas dispenser les voyageurs internationaux de se conformer à d’autres mesures de réduction des risques de voyage », a précisé le même communiqué.

Le Comité d’urgence de l’OMS recommande par ailleurs de mettre en œuvre des approches coordonnées, limitées dans le temps, fondées sur les risques et sur des données factuelles pour les mesures de santé liées au trafic international, conformément aux directives de l’OMS et aux dispositions du RSI.

Il appelle les pays à porter une attention particulière au moment et à la question de savoir si les interdictions de voyager devraient ou ne devraient pas être utilisées comme outils pour réduire la propagation.

« Ces décisions devraient être fondées sur les meilleures preuves disponibles », précise le même communiqué du comité qui recommande de « partager des informations avec l’OMS sur les effets des mesures sanitaires sur la réduction de la transmission du SRAS-CoV-2 lors de voyages internationaux pour informer l’OMS sur l’élaboration de directives fondées sur des données factuelles ».

Le Comité a reconnu les défis posés par la soumission tardive des données vaccinales par certains fabricants à l’OMS. « Ces retards dans les données ont une incidence sur la capacité de l’OMS à fournir une liste d’utilisation en cas d’urgence, ce qui a finalement une incidence sur l’équité de l’accès aux vaccins », indique la même source.

Le Comité encourage vivement les fabricants à fournir des données à l’OMS le plus rapidement possible.

MDI Alger