Le président Tebboune signe la Loi des finances 2021

Le Président Tebboune signe des décrets présidentiels portant composante de la Cour constitutionnelle
Photo archives.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a signé, ce jeudi 31 décembre, la Loi des finances pour l’année 2021, indique la Présidence dans un communiqué.

La signature a eu lieu en présence du président par intérim du Conseil de la nation, Salah Goudjil; le président de l’Assemblée populaire nationale, Slimane Chenine; le Premier ministre, Abdelaziz Djerad; le chef de l’Etat-major de l’Anp, le général-major Said Chanegriha; le ministre des Finances, Aymen Benabderrahmane; le directeur du cabinet de la Présidence de la République, Noureddine Baghdad Daidj; le secrétaire général de la Présidence, Mohamed Amine Messaid, et le secrétaire général du Gouvernement, Yahia Boukhari, précise le communiqué.

La LF 2021 a été adoptée en novembre dernier par les deux chambres du Parlement. Elle intervient dans une conjoncture difficile et inédite que traverse le pays suite à la chute des prix du pétrole et la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus Covid-19.

La Loi de finances 2021 table sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 4%, après un recul de 4,6 %, selon les estimations de clôture pour l’exercice 2020.

Concernant la croissance hors hydrocarbures, elle devrait atteindre 2,4 % en 2021, 3,37 % en 2022 et 3,81 % en 2023.

Les dépenses budgétaires totales prévues passeront de 7.372,7 mds Da dans la LFC 2020, à 8.113,3 mds de Da en 2021 (+10%) pour atteindre 8.605,5 mds de Da en 2022 (+ 6,07%), puis 8.680,3 mds Da en 2023 (+0,9%).

Ces prévisions portent sur le budget de fonctionnement qui connaîtra une hausse de 5,1% durant la période 2021-2023, pour atteindre 5.314,5 mds Da en 2021 (+11,8%), puis 5.358,9 mds Da en 2022 (+0,8%), ensuite 5.505,4 mds Da en 2023 (+2,7%).

Quant aux dépenses d’équipements, elles s’élèveront à 2.798,5 mds Da en 2021 (+ 6,8%), à 3.246,6 mds Da en 2022 (+16,01 %) et baisseront à 3.174,9 mds Da en 2023 (- 2,2 %).

Le déficit budgétaire prévu pour l’année 2021 devra augmenter à 13,57 % du PIB, contre 10,4 % au titre de la LFC 2020.

Pour l’inflation, la Loi de finances 2021 prévoit « une légère accélération » en 2021 pour atteindre 4,5 %.