HomeActualitéNationalConflit au Sahara occidental : Discussion entre Alger et Moscou

Conflit au Sahara occidental : Discussion entre Alger et Moscou

Le ministère russe des affaires étrangères a indiqué dans un communiqué que Alger et Moscou ont discuté, récemment, à la demande de la partie algérienne, de « la question de la mise en œuvre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies concernant le règlement du conflit au Sahara occidental« .

En effet, le même communiqué, repris par l’agence Sputnik, a précisé que le mercredi 23 décembre 2020, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, s’est entretenu par téléphone avec le représentant spécial du Président russe pour le Proche-Orient et l’Afrique, Mikhaïl Bogdanov.

Selon la même source, les deux responsables ont évoqué le conflit au Sahara occidental dans le contexte de « la décision unilatérale des Etats-Unis » de reconnaître la souveraineté du Maroc sur ce territoire.

Des questions d’ordre bilatéral ont été également abordées. « Au cours de la conversation, des questions d’actualité concernant le renforcement des relations russo-algériennes traditionnellement amicales, notamment la coopération dans la lutte contre la propagation de la pandémie de la Covid-19, ont été abordées », a ajouté le communiqué de la diplomatie russe.

Pour rappel, le 13 novembre dernier, l’armée marocaine a mené une attaque militaire contre des manifestants sahraouis dans la zone tampon de Guerguerat au Sahara Occidental.

Le 10 décembre, soit un mois après l’agression marocaine contre le Sahara occidental, le Maroc a normalisé, sous l’égide du président américain Donald Trump, avec Israël en contre-partie de la reconnaissance des Etats-Unis de la marocanité du Sahara Occidental.

L’Algérie avait dénoncé la décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara occupé. « Le conflit du Sahara occidental est une question de décolonisation qui ne peut être résolue qu’à travers l’application du droit international et de la doctrine bien établie des Nations Unies et de l’Union Africaine en la matière, c’est-à-dire l’exercice authentique par le peuple sahraoui de son droit inaliénable à l’autodétermination et à l’indépendance, conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) portant octroi de l’indépendance aux pays et peuples coloniaux, dont la communauté internationale célèbre, cette année, le 60ème anniversaire », avait indiqué le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

De son côté, la Russie avait réagi le 11 décembre à l’annonce par Trump de la normalisation des relations entre le Maroc et Israël et la reconnaissance des USA de la marocanité du Maroc. Dans une déclaration à la presse, Mikhaïl Bogdanov avait indiqué que les États-Unis avaient dépassé le cadre du droit international en reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental. « Tout ce que les Américains viennent de faire est une décision unilatérale qui dépasse absolument le cadre du droit international et des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU que les États-Unis ont eux-mêmes appuyé », avait-t-il déclaré.

Le 12 décembre, le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, avait déclaré que l’Algérie était « visée » au regard d’indicateurs de « réelles menaces à nos frontières, aux portes desquelles est arrivée à présent l’entité sioniste ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine