HomeActualitéNationalVoitures électriques : Selon Chitour, des bornes électriques ont été importées

Voitures électriques : Selon Chitour, des bornes électriques ont été importées

Le ministre de la Transition énergétique et des Energies renouvelables, Chems Eddine Chitour, a évoqué, ce lundi, les actions menées par plusieurs institutions du pays afin d’intégrer la locomotion électrique en Algérie.

Ainsi, a révélé le ministre, plusieurs bornes électriques ont été importées et bientôt installées. Chitour a fait savoir que 5 bornes électriques pour la recharge des véhicules électriques ont été importées, et ce « pour montrer la faisabilité ». Il a précisé que ces bornes électriques seront installées notamment au ministère de l’Energie, chez Naftal.

Le ministre a estimé qu’elles doivent être installées là où il y a la représentativité. « Moi je rêve que le Premier ministre circule dans une voiture électrique pour montrer que c’est un tournant », a-t-il dit.

« Actuellement, une voiture (électrique, ndlr) low-cost on pourra l’avoir pour 10 000 euros. Il n’est pas nécessaire de taper à 20 000 ou 30 000 euros », a-t-il expliqué, en faisant savoir que « nous allons importer quelques voitures ». « Le ministre de l’Industrie m’a donné l’assurance que nous allons en acheter », a-t-il indiqué, estimant qu’il faut que les citoyens voient.

Selon Chitour, 100 kms dans une voiture électrique c’est 60 dinars d’énergie et la même distance dans une voiture thermique (fonctionnant avec le carburant) c’est 300 dinars. Le ministre a précisé que le véhicule électrique n’est pas seulement la petite voiture, mais c’est aussi le bus électrique, le train électrique…etc.

« Actuellement, il faut que les citoyens sachent que l’ère des carburants est derrière nous. Cela veut dire qu’à partir de 2030, l’essence et le diesel n’ont plus vocation à rester dans la civilisation actuelle », a indiqué Chitour qui a expliqué que cela par le fait que « les changements climatiques sont là ». « Tout le monde va vers la neutralité carbone », a-t-il noté, en ajoutant que la neutralité carbone sera imposée à l’avenir.

Soulignant que la révolution électrique est « un tournant majeur » et que « tout le monde fonce là-dedans », Chitour a estimé qu' »il serait peut-être indispensable de revoir nos schémas ». « Pourquoi continuer à importer les voitures thermiques? », s’est-il demandé en rappelant que le ministre de l’Industrie a parlé des véhicules électriques dans le cahier des charges régissant l’activité des concessionnaires automobiles. 

« Il n’est pas question que l’Algérie soit toujours à la traîne et soit toujours en retard d’une guerre », a-t-il dit, en ajoutant que « la révolution électrique est un train qu’on doit prendre ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine