Affaire du blé avarié importé de Lituanie : le ministre de l’Agriculture s’exprime

Port de Rouen : plus de 60 000 tonnes de blé exportées vers l'Algérie en une semaine

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hemdani, s’est exprimé, ce dimanche 13 décembre 2020, sur l’affaire des 30 000 tonnes de blé tendre avariées importées de Lituanie et ayant conduit au limogeage fin novembre dernier du Directeur général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), Abderrahmane Bouchahda.

Le ministre de l’Agriculture a expliqué qu’il s’agit « d’une opération commerciale entre deux parties régie par un cahier des charges ».

« Il s’est avéré que certaines spécificités du cahier des charges n’ont pas été respectées » (par le fournisseur lituanien, ndlr), a précisé M. Hemdani lors d’un point de presse animé en marge de la signature d’un accord entre son département ministériel et la Banque de développement rural (BADR).

Selon lui, les mesures nécessaires sont engagées concernant cette affaire et qu’il ne pouvait pas s’exprimer à ce sujet tant que ces mesures sont en cours.

Le ministre a assuré que l’Etat ne prendra aucun risque concernant la santé des consommateurs. « Ce n’est pas la première fois que notre pays importe. Tous les pays du monde importent et exportent », a -t-il rappelé, en ajoutant que « quand il y a des preuves qu’une marchandise n’est pas conforme au cahier des charges, il y a des mesures qui sont prises par les parties concernées et nous en sommes à cette étape là ».

Assurant que « la santé du consommateur passe avant tout » et que toutes les mesures ont été prises par les différentes parties concernées dont le ministère de l’Agriculture, Hemdani a promis d’y revenir prochainement sur les détails de cette affaire.