Acquisition du vaccin, situation épidémiologique… ce qu’a dit Benbouzid

Acquisition du vaccin, situation épidémiologique... ce qu'a dit Benbouzid

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, le professeur Abderrahmane Benbouzid, a révélé hier vendredi que qu’ « une stratégie nationale a été préparée en vue du processus de vaccination contre le Coronavirus après son acquisition », rapporte l’agence officielle.

A ce propos, le ministre a rappelé que deux comités ont été installés, le premier dirigé par le ministre de l’Intérieur, est chargé de l’aspect logistique et le second par le ministre de la Santé, est chargé du suivi de la vaccination dans les établissements de santé.

Le ministre Benbouzid a souligné dans ce contexte que ce vaccin n’est « pas obligatoire », mais que tout Algérien qui le souhaite a le droit de le recevoir.

<span;>Dans le même contexte, le ministre de la Santé a déclaré que « le vaccin n’a pas encore été approuvé par l’Organisation mondiale de la santé, et les laboratoires qui ont atteint un degré avancé d’essais cliniques n’ont pas encore obtenu l’autorisation de le commercialiser ».

D’un autre côté, il a indiqué que si 20% de la population qui en ont besoin sont identifiés, les personnes atteintes de maladies chroniques et les personnes âgées seront choisies en première ligne.

En revanche, il a souligné que «l’Algérie suit, dans le cadre du Groupe Covax, qui comprend 172 pays, certains avancés et d’autres à revenus moyens et faibles, tous les développements de la recherche clinique, dont certains laboratoires ont atteint leur troisième phase».

S’agissant de la situation épidémiologique de ces derniers jours, le ministre de la Santé a noté qu’elle est dans une « tendance à la baisse », ce qui a conduit à l’occupation de 40% des lits au niveau national à l’heure actuelle, soit 5 212 lits sur les 20 000 lits qui ont été mobilisés pour faire face à la situation.

En ce qui concerne le traitement administré aux patients atteints du Covid-19, le ministre a déclaré qu’ « il est prescrit en fonction des cas, après l’inclusion des antibiotiques et de l’hydroxychloroquine au début, des anticoagulants ont été ajoutés après avoir constaté l’émergence d’autres infections dans certains cas, puis des corticostéroïdes pour d’autres cas ».

APS

Colloque MDI