Sénat : Adoption du projet de loi de finances 2021

Sénat : Adoption du projet de loi de finances 2021

Les membres du Conseil de la Nation (Sénat) ont approuvé, ce jeudi 26 novembre 2020, à la majorité absolue, le texte du projet de loi de finances pour l’année 2021, lors d’une séance plénière présidée par le président par intérim, M. Salah Goudjil, et en présence du ministre des Finances Ayman Benabderrahmane et de plusieurs membres du gouvernement, rapporte l’agence officielle.

120 membres du Conseil de la Nation ont voté « oui » au texte de loi, tandis qu’un seul membre s’est abstenu de voter. Il est à noter que les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) avaient approuvé le texte de la loi le 17 novembre à la majorité.

La loi de finances 2021 a été élaborée dans un contexte exceptionnel marqué par la conjonction de deux principaux facteurs : la récession économique mondiale et la crise sanitaire mondiale inédite.

La Loi de finances 2021 table sur une croissance du Produit intérieur brut (PIB) de 4%, après un recul de 4,6 %, selon les estimations de clôture pour l’exercice 2020.

Concernant la croissance hors hydrocarbures, elle devrait atteindre 2,4 % en 2021, 3,37 % en 2022 et 3,81 % en 2023.

Les dépenses budgétaires totales prévues passeront de 7.372,7 mds de dinars dans la LFC 2020, à 8.113,3 mds DA en 2021 (+10%) pour atteindre 8.605,5 mds de dinars en 2022 (+ 6,07%), puis 8.680,3 mds de dinars en 2023 (+0,9%).

Ces prévisions portent sur le budget de fonctionnement qui connaîtra une hausse de 5,1% durant la période 2021-2023, pour atteindre 5.314,5 mds Da en 2021 (+11,8%), puis 5.358,9 mds Da en 2022 (+0,8%), ensuite 5.505,4 mds Da en 2023 (+2,7%).

Quant aux dépenses d’équipements, elles s’élèveront à 2.798,5 mds Da en 2021 (+ 6,8%), à 3.246,6 mds Da en 2022 (+16,01 %) et baisseront à 3.174,9 mds Da en 2023 (- 2,2 %).

Le déficit budgétaire prévu pour l’année 2021 devra augmenter à 13,57 % du PIB, contre 10,4 % au titre de la LFC 2020.

Pour l’inflation, la Loi de finances 2021 prévoit « une légère accélération » en 2021 pour atteindre 4,5 %.

MDI Alger