Procès en appel d’Ali Haddad : Fin de l’audition des accusés

Affaire Haddad : Le parquet général se pourvoit en cassation contre l'arrêt pénal rendu

Les auditions des accusés et des témoins par le juge du siège à la Cour d’Alger dans le procès en appel de l’homme d’affaires Ali Haddad condamné en première instance par le Tribunal de Sidi M’hamed à une peine de 18 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions de dinars ont pris fin.

L’ancien chef du FCE Ali Haddad est poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpation, dont obtention d’indus privilèges et incitation d’agents publics à conclure des marchés publics en violation de la législation.

Au quatrième jour du procès, le juge du siège a auditionné lors de la séance du matin les directeurs des ports d’Alger, de Béjaia et Djen Djen (Jijel) ainsi que Boumediene Abbes, représentant juridique de la société Fertial spécialisée dans la production d’ammoniac et d’engrais dont le groupe Haddad détient 17% des actions.

Le représentant juridique de « Fertial » a expliqué que c’était le partenaire espagnol qui déteint 66% des actions de la société qui avait vendu des actions aux groupe Haddad après la résignation du Conseil de participation de l’Etat (CPE) de son droit de préemption.

Omar dit Rebouh Haddad (frère de l’accusé principal) poursuivi pour blanchiment d’argent d’issu d’origine criminelle et octroi d’indus privilèges a affirmé n’avoir aucune société en son nom et qu’il était actionnaire au groupe Haddad, niant en bloc les charges qui lui sont reprochées.

Il a fait savoir qu’il possédait un seul compte en devise (7000 euros) et deux comptes en monnaie nationale.

Le juge a également auditionné en visioconférence Ali Haddad qui se trouve à la prison de Tazoult (Batna). Répondant aux questions du juge sur le nombre des marché publics qu’il a obtenus depuis 2000 et qui s’élève à 134 marchés d’une valeur de 748 milliard de dinars algériens, tous secteurs confondus, il a précisé que son groupe avait décroché 124 marchés publics durant les 20 dernières années, estimant que son nombre était peu par rapport au nombre des projets réalisés en cette période, soulignant que son groupe n’avait aucunement monopolisé les marchés publics.

S’agissant de l’achat de certaines actions de la société Fertial, il a indiqué que cette opération avait permis de réaliser en 2017 des gains de 8,2 milliard Da.

 Ali Haddad a réaffirmé que la valeur des crédits dont il a obtenu entre 2000 et 2019 ne dépasse pas 15 crédits et que jusqu’au 2014 tous les crédits ont été remboursés dans les délais.

APS

MDI