Saïd Sadi s’exprime sur la révision de la Constitution

Saïd Sadi s'exprime sur la révision de la Constitution

L’ancien président du parti Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), le Docteur Saïd Sadi a exprimé son avis sur le projet de révision de la Constitution qui sera soumis le 1er novembre prochain à un référendum populaire. Dr Sadi a estimé que « le pays qui en a vu d’autres n’a pas encore connu de loi fondamentale aussi incohérente. »

Dans un texte intitulé « Régression : Mode d’emploi » publié sur sa page Facebook, Dr Sadi a écrit : « On ne sait trop s’il faut rire, s’emporter ou rester de marbre devant la dernière – pour l’instant – constitution. Le pays qui en a vu d’autres n’a pas encore connu de loi fondamentale aussi incohérente. »

Pour Said Sadi : « L’hyperprésidentialisme est digne des folklores constitutionnels des républiques bananières et la confusion des pouvoirs constituent la trame et l’esprit d’un texte qui n’aura qu’une finalité : paralyser davantage une administration incapable de curer les caniveaux à chaque automne. »

« Quel courtisan a conseillé pareille mouture dans une phase politique marquée par un déficit chronique de légitimité du pouvoir, une situation sociale explosive – les retraités peinent à percevoir leurs pensions à la fin du mois – une pandémie dont, en vérité, nul ne connaît l’étendue devant l’incapacité à tester, tracer et isoler sur une large échelle ?… », s’est-t-il demandé.

« Ne parlons pas de l’atonie économique qui ne manquera pas de percuter un trésor public anémique », a écrit le fondateur du RCD en ajoutant : « Demeure le plus choquant : nul n’a le droit de s’adonner à auto-stop politique pour faire endosser au premier novembre cette mauvaise farce. Le potentiel humain a été dévitalisé par le népotisme et l’exode massif, les ressources naturelles ont été asséchées par une prédation stratégique.  Il restait le capital symbolique : il vient d’être bradé dans un scandaleux bazar. »

« Pour le reste, les dernières décisions concrètes sont édifiantes en matière d’inconscience et d’aveuglement : les relances de recrutement de clientèles financées par l’argent public témoignent de l’incapacité et du refus du pouvoir de mettre son horloge politique à l’heure de l’Histoire.

Une information insistante et ubuesque, pour l’instant non officielle circule : c’est au moment où le Soudan se dote d’une constitution laïque que le gouvernement algérien s’apprêterait à délivrer des diplômes pour les adeptes des Zaouïas… Fabriques d’associations casse-croûtes, dopages des Zaouïas… Quelqu’un s’y est essayé pendant vingt ans avec un baril à 130 dollars. On connaît la suite », a-t-il écrit.

Et de conclure : « On ne peut que demeurer perplexe devant ce pouvoir qui scie la branche sur laquelle il est assis. Au lieu de saisir la perche du pacifisme tendue par un peuple qui avait toutes les raisons de crier revanche, les responsables se persuadent qu’ils peuvent encore domestiquer « l’Algérie nouvelle » par les recettes médiévales de la corruption, la répression et la censure. Rien ne peut arrêter la régression quand elle est inspirée par l’ignorance et la suffisance. »

MDI School