Justice : Des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme contre les frères Kouninef

Financement du 4e mandat de Bouteflika: les frères Kouninef ont consacré 4 mds de centimes

Le tribunal de Sidi M’hamed à Alger a rendu ce mercredi son verdict dans l’affaire des frères Kouninef, en les condamnant à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme, avec la saisie des biens à l’intérieur et à l’extérieur du pays et des amendes de 8 millions de DA.

Ainsi, Réda Kouninef a été condamné par le juge à une peine de 16 ans de prison ferme, Karim Kouninef a écopé d’une peine de 12 ans de prison et le dernier Tarik Noah a été condamné à 15 ans de prison ferme.

Par ailleurs, leur sœur, Souad Kouninef qui est en fuite à l’étranger a été condamnée à 20 ans de prison et une amende de 8 millions de dinars ainsi, un mandat d’arrêt international a été lancé contre elle.  

S’agissant du gestionnaire au sein du groupe KOUGC, Kadour Ben Tahar, le tribunal a prononcé une peine de 8 ans de prison.

Les autres personnes impliquées dans l’affaire, essentiellement des cadres des ministères de l’Industrie, de l’Agriculture, des Ressources en eau, de l’Energie et des Télécommunications ainsi que d’autres secteurs où le groupe KouGC a obtenu des marchés, ont été condamnés à des peines allant de 18 mois à 3 ans de prison ferme et des amendes allant de 200.000 DA à un million de DA. 

Suite à ce verdict, la défense a décidé de faire appel au jugement.

Le 12 septembre dernier, le procureur de la République avait requis une peine de 18 ans de prison, une amende de 8 millions de dinars ainsi que le confiscation de tous les biens et de l’argent à l’intérieur et à l’extérieur de pays, contre l’accusé Réda kouninef et une peine de 15 ans de prison, une amende de 8 millions de dinars ainsi que le confiscation de tous les biens et de l’argent à l’intérieur et à l’extérieur de pays, contre l’accusé karim kouninef et  Tarek Noha kouninef.

Les frères Réda, Abdelkader-Karim et Tarek-Noah Kouninef qui avaient été placés le 24 avril 2019 sous mandat de dépôt, sont poursuivis pour plusieurs chefs d’inculpation dont « trafic d’influence », « blanchiment d’argent », « obtention d’indus avantages », « détournement de fonciers et de concessions », et « non-respect des engagements contractuels dans la réalisation de projets publics ».

 

MDI School