Les allocations familiales toujours dérisoires

Le Gouvernement ne se préoccupe plus des enfants. Depuis des années, le montant des allocations familiales n’a pas changé et reste dérisoire pour les parents dont les revenus dépassent les 18 000 dinars. D’année en année, l’espoir des parents de voir cette allocation augmenter se dissipe. « 300 da pour un enfant, c’est une honte, il ne peut même pas acheter une trousse scolaire, qui coûte actuellement plus de 400 da », lance un citoyen fonctionnaire dans une entreprise publique.   

En fait, cette allocation qui était de 600 DA avant 2015, et passer à 300 DA suite à la politique d’austérité qu’a observée le gouvernement à l’époque qui s’est faite ressentir chez les employés de la Fonction publique (FP), notamment après la décision de réduire les allocations familiales de 600 à 300 DA.

L’instruction du ministère des Finances du 07-09-2014 concerne les employés des administrations et des entreprises publiques touchant un salaire imposable supérieur à 15.000 DA.

De ce fait, les employés en question ont vu leurs allocations familiales réduites de 50%, en passant de 600 à 300 DA.

Pourtant, les allocations familiales prévues par la législation en vigueur représentent un revenu de complément pouvant aider les familles qui en sont bénéficiaires à assurer la satisfaction des besoins propres à l’enfant et par la même contribuer à garantir son développement dans les meilleures conditions possibles.

 II s’agit donc, par le paiement de ces allocations, de rétablir partiellement le déséquilibre provoqué par la présence d’enfants entre salariés célibataires et pères de famille disposant de revenus professionnels identiques.

Ces prestations représentent donc un procédé de redistribution des revenus en faveur des enfants, puisqu’elles ont pour objet d’aider en partie à subvenir à leur entretien. C’est d’ailleurs parce qu’elles sont destinées aux enfants que leur emploi peut en être contrôlé afin qu’elles soient utilisées effectivement dans leur intérêt.

Le pouvoir d’achat est pourtant en chute libre, depuis plusieurs années, et cette baisse se poursuit d’année en année.

Les allocations familiales font partie d’un ensemble d’aides sociales dont le montant n’a pas été révisé depuis des années, malgré tous les changements survenus en matière de pouvoir d’achat et de prix en Algérie.

 

MDI School