Inquiétudes sur l’état de santé du journaliste Khaled Drareni

Le journaliste Khaled Drareni condamné à deux ans de prison ferme
Lors de son procès en appel tenu mardi dernier à la Cour d’Alger, le journaliste Khaled Drareni, condamné à trois ans de prison ferme, était apparu « amaigri » et « affaibli » ce qui suscite des inquiétudes sur son état de santé.
 
« Craignant une dégradation de l’état de santé du journaliste Khaled Drareni qui est apparu très affaibli à son procès en appel, ses comités de soutien national et international lancent un appel commun pour exiger sa libération immédiate et inconditionnelle », lit-on dans un communiqué publié vendredi sur la page Facebook du Comité pour la libération de Khaled Drareni et sur le site de Reporters Sans Frontières (RSF), ont peut lire :
 
« Les comités de soutien de Khaled Drareni, algérien et international, appellent conjointement les autorités algériennes à revenir à la raison, au droit et à libérer immédiatement et sans conditions Khaled Drareni, dont l’état de santé devient particulièrement préoccupant », ajoute le communiqué.
 
« Si l’acquittement du directeur de Casbah Tribune s’impose depuis le premier jour, tant les accusations qui pèsent contre lui sont absurdes, et son dossier vide, il devient urgent de mettre fin au harcèlement judiciaire dont il est la cible, car la procédure inique engagée contre lui met en danger sa santé », lit-on encore dans le même communiqué.
 
La même source souligne que « lors de son procès en appel qui s’est déroulé le 8 septembre à Alger, le directeur du site d’information en ligne Casbah Tribune, et correspondant de TV5 Monde et RSF en Algérie « est apparu très amaigri, mais aussi très affaibli. »
 
Le procureur de la République a requis quatre de prison et une amende de 50 000 dinars lors du procès en appel. Le 10 août écoulé, Khaled Drareni a été condamné en première instance à trois ans de prison pour “incitation à attroupement non armé et atteinte à l’unité nationale”. Le verdict sera rendu le 15 septembre prochain. Le journaliste est en détention depuis le 29 mars dernier à la prison de Koléa près d’Alger dans des conditions difficiles.
 
Samir Belarbi et Slimane Hamitouche, en liberté provisoire depuis le 2 juillet, ont également comparu avec Khaled Drareni. Le procureur a requis quatre ans de prison et 50 000 dinars d’amende à leur encontre.

MDI School