En France, la ville de Montpellier instaure la gratuité des transports en commun

En France, la ville de Montpellier instaure la gratuité des transports en commun
Le nouveau maire de la ville de Montpellier au sud de la France a tenu sa promesse électorale de rendre gratuits les transports en commun.
 
En effet, Michaël Delafosse, maire (Parti Socialiste) et président de l’agglomération nouvellement élu, a mis en pratique sa promesse qui consiste à rendre gratuits les transports en commun, a rapporté le journal français Le Figaro.
 
Cette gratuité a pris effet samedi 5 septembre 2020 pour sa première phase de déploiement qui est limitée aux week-ends (samedi et dimanche) dans un premier temps. Par la suite elle sera étendue « aux seniors » et « aux jeunes » , d’ici à la fin du mandat, d’englober l’ensemble des jours de la semaine, pour les habitants de Montpellier seulement.
 
« Il n’est pas normal que les Montpelliérains et les habitants de la métropole (475 000 habitants, NDLR) financent les transports par leurs impôts et payent leur ticket au même titre que les Nîmois ou les Sétois qui viennent travailler à Montpellier », avait plaidé Michaël Delafosse pendant sa campagne alors que 90 % des voyageurs sont résidents de l’agglomération.
 
 
Le Figaro a souligné que Montpellier est la septième ville de France en nombre d’habitants et devient la première métropole à mettre en application la gratuité, après 35 autres intercommunalités plus modestes telles que Dunkerque, Calais, Libourne, Niort, Aubagne et Châteauroux.
 
Selon le quotidien français, l’application de cette gratuité des transports en commun durant les week-ends « coûtera 1,9 million d’euros à la collectivité du fait de l’arrêt des ventes de tickets », et quand elle sera totale, « c’est 24 millions d’euros que Montpellier Métropole Méditerranée devra trouver, alors que la société de transports réalise 39 millions d’euros de recettes commerciales. » Pour compenser ce manque à gagner, le maire Michaël Delafosse estime qu' »il va falloir se montrer innovant ».
 
Le Figaro a souligné qu' »outre Montpellier, les présidents des agglomérations de Lille et Clermont-Ferrand ont prévu, au moins partiellement dans un premier temps, d’expérimenter la gratuité. »