Covid et temps libre, et maintenant on fait quoi en Algérie ?

L’espace monde va se rouvrir lentement après le Covid-19.  Et pas à tous. Le temps du loisir et des vacances va se trouver une autre géographie de substitution. A bientôt 45 millions d’Algériens, il faudra continuer à occuper nos villes intelligemment, durablement. Et se divertir dans notre pays. Le tourisme local émerge comme le grand dessein du futur proche. Il est à notre portée. Le monde se ferme un moment à nous ? Amenons-le chez nous. Reproduisons en Algérie ce qui existe ailleurs.

L’éclairage transforme la visite des sites

 A Belux ,nous  militons depuis des années  pour le  développement d’un tourisme nocturne qui va rendre une âme  à nos sites touristiques, naturels et à nos villes .En leur apportant de l’éclairage et de l’animation à ces espaces, les algériens reprendront confiance, se sentiront en sécurité, et prolongeront   leurs sorties nocturnes. Comme ils le font lorsqu’ils voyagent  à l’étranger.

Grâce à un  écotourisme respectueux de l’environnement, nos  sites naturels   peuvent se transformer en  espaces de vie, accueillants  et disposant de plusieurs activités et commodités pour attirer les touristes algériens. Des projets pour la création d’espaces touristiques pour  le développement d’un écotourisme  en milieu forestier dédiés aux familles, ont été approuvés en 2017. Ils attendent d’être concrétisés, par exemple, dans les  wilayas de Annaba (forêts de Chetaibi, Berrahal et Tariaât ) et de Constantine (forêts d’El Baâraouia (El Khroub), El Mountazah (Ain Smara), Hadj Baba (7ème km), Bekira (Hamma Bouziane) et Ain Bornaz (Ain Abid).

« La coulée verte », un concept à reproduire en Algérie

A BELUX, nous voulons partager l’ambition de transformer les espaces urbains en lieux agréables  pour les citadins, en y introduisant de la verdure et de l’animation.  C’est l’essence même  de « La coulée verte » qui offre un environnement verdoyant en pleine ville  pour le plus grand bonheur des habitants. BELUX veut reproduire en Algérie le concept de la coulée verte qui existe dans de nombreux pays. L’alliance illuminée du bâtiment et de la végétation.  Une expérience déjà tentée et réussie en Algérie en 2010, avec l’aménagement de la placette de Birmandreis à Alger, grâce l’implication de plusieurs acteurs.

Autres lieux qui peuvent représenter un atout pour le tourisme domestique, les nombreuses anciennes demeures secondaires des notables de l’époque avant l’indépendance,ces endroits peuvent être aménagés pour des visites touristiques et guidées, offrant ainsi un plus au tourisme local

Belux en éclaireur pour un projet collectif

BELUX, est la première entreprise privée à fournir de l’éclairage public en Algérie d’abord dans la région Ouest puis à travers toute l’Algérie, leader dans son domaine  depuis 1975. Elle considère qu’une nouvelle dynamique du tourisme domestique ne peut être qu’un projet collectif. Belux  lance  à cet effet, un appel aux propulseurs, initiateurs ,consultants ,générateurs de développement économiques ,investisseurs et entrepreneurs , pour se l’approprier et fédérer leur énergies.  Il est temps d’offrir aux algériens, avec la contribution d’autres acteurs, des espaces de vie aménagés propices à la promenade et à l’évasion.

Dans cette période ou se profile une crise économique sérieuse, et où doit se repenser le vivre ensemble,  la relance du tourisme local est l’affaire de tous : acteurs publics,  autorités officielles, et entreprises privées représentant différents corps de métiers, vendeurs, artisans, artistes, restaurateurs, …

Une ambition d’excellence pour les Algériens

Parce que  l’Algérien mérite ce qu’il y a de mieux,  à Belux ,nous sommes convaincus qu’il  faut reproduire ce qui se fait ailleurs de meilleur. Ce ne sera, en vérité, qu’une mise à niveau avec  le potentiel énorme en sites naturels, un  patrimoine forestier riche qui ceinture nos grandes   agglomérations urbaines (4927,71 hectares de forêts pour   la wilaya d’Alger) ), un littoral de 1300 kms, et des  massifs montagneux encore vierges, qui ne demandent qu’à être découverts par les algériens

MDI School