Dé-confinement et gestion des collectivités locales : Les walis dans le collimateur du président

Dé-confinement et gestion des collectivité locales : Les walis dans le collimateur du président

Mis sous lentille et désormais, sous les feux de la rampe, les walis et les élus locaux seront les premiers à rendre compte de leurs faits et gestes, et surtout de leurs décisions, et de leurs appréciations des situations à gérer durant le prochain semestre.

C’est du moins ce qui ressort du discours du président de la république lors de la récente rencontre gouvernement/walis, qui apparemment est lancée sur un cycle de six mois, pour évaluer le taux d’avancement des chantiers lancés par le gouvernement, et notamment l’implication des responsables dans la concrétisation de leurs missions.

Il y’ a lieu de croire cependant,  pour ceux qui ont l’habitude de donner des résultats, et bien gérer leur wilaya, il n’y aura pas un grand changement, sauf peut être, un renforcement des efforts pour relever les défis qui s’imposent et qui ne sont pas des moindres. Par contre toute l’attention de la présidence se portera sur les walis et les responsables qui ont pris l’habitude de servir en premier leurs intérêts et ceux de leurs proches, au détriment des préoccupations des citoyens. Ce temps est révolu.

Les directives du président de la république en matière de lutte contre la bureaucratie et la corruption, semblent avoir défini le fief de ces pratiques au niveau des administrations locales. Ces deniers ont pris avec l’impunité qui leurs a été conférée par  leurs maîtres placés plus haut, toute l’assurance de régner en nababs, et de faire de leurs circonscription leurs propriétés privées.

Une situation qui leurs a permis durant des décennies d’acquérir un pouvoir incontestable, celui de l’argent, au point ou ceux qui n’en avaient pas à leur offrir ne pouvait espérer d’être reçu, ou d’être entendu. Bien qu’en cérémonie officielle, la correction n’était qu’une fausse parure, elle était admise et dans certains cas recherchée pour parfaire le travail de la « Issaba ».

C’est dans cette logique kafkaïenne, que le peuple a été spolié et interdit de tous ses droits, que les richesses du pays ont connu une évaporation, et que les chances de l’Algérie, de connaitre un essor amplement réalisable au vu des potentielles et des ressources qu’elle abrite. C’est dire à quel point le statut de wali était important pour rendre la grande arnaque de l’Algérie possible

Identifiés comme étant les clés du développement, les walis sont désormais devant l’obligation d’éradiquer entièrement cette image, et redorer le blason d’une institution qui est censée donner les vraies bases d’un développement social, économique et politique, et de faire ressortir les failles et les dysfonctionnements des systèmes de gestion, et non pas les créer. Il s’agit de renverser toute la machine qui a permis de créer des monstres qui ont rongé l’Algérie jusqu’à l’os. Autant dire que la mission va être hautement difficile, car passer de la gestion unilatérale, despotique et soutenue par la rente, à une gestion créatrice de richesse, d’emploi et à l’écoute des attentes des citoyens, relève de l’exploit. D’autant plus que leurs premier défi est celui de mener à bien la premier phase de dé-confinement, pour laquelle, chaque wali doit jouir d’une capacité de jugement et d’évaluation, proches de la perfection, pour pouvoir prendre les décisions idoines, et enregistrer des résultats probants.

Un premier test qui s’apparentera à une première sélection, presque naturelle, ou ceux qui  n’ont pu avoir  les compétences pour arriver à ce poste se révéleront d’eux-mêmes, et seront obligés de battre en retraite, et céder leurs places. Par contre ceux, qui seront responsables de pratique douteuses, et qui feront le choix de s’attacher aux anciens fonctionnements, feront certainement face à des poursuites en justice, comme cela a été annoncé par le président. C’est d’ailleurs, à ce niveau qu’entre en jeu l’action de la societé, et son rôle de dénonciation et d’accompagnement des requêtes des citoyens. L’un des points, sur lesquels le président de la République à longuement insisté. Une nouvelle configuration de la gestion des collectivités locales, qui annonce un changement profond et radical.

il faut s’attendre lors de la prochaine rencontre bilan, entre le gouvernement et les walis à l’aboutissement du plan de relance engagé par le gouvernement, ou les résultats de cette nouvelle stratégie, se traduiront par les impacts des décisions de premiers élus sur la société et sur le développement local ? Il y’ a lieu de croire, tenant compte des derniers limogeages, qu’en absence de tels indicateurs positifs, c’est tout le corps des walis qui sera soumis à une vaste vague de remaniement, si celle-ci n’intervient pas plus tôt.

MDI School