Djerad : « Des bureaucrates entravent l’action du président et du gouvernement »

Djerad : La nouvelle Constitution est

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a pointé du doigt, ce jeudi à Alger, « des bureaucrates qui entravent l’action du président de la République, du gouvernement et des cadres au niveau local ».

« Il y a des problèmes, des questions difficiles, les conditions sanitaires (Covid-19), il y a des problèmes financiers (…). Mais il y a aussi une logique bureaucratique », a déclaré Abdelaziz Djerad au deuxième et dernier jour de la rencontre gouvernement-walis qui s’est tenue au Palais des Nations à Club des Pins à l’ouest d’Alger.

« Quand je dis la bureaucratie, je veut dire les bureaucrates. Quand on parle de la bureaucratie, les gens la voit comme un concept théorique. Il y a des bureaucrates qui entravent l’action du président de la République, du gouvernement et des cadres au niveau local », a indiqué le Premier ministre.

« C’est une réalité », a ajouté Djerad, estimant que la bureaucratie empêche de sortir d’une situation donnée, que ce soit au niveau des zones d’ombre, du développement local, la numérisation…etc.

Hier (mercredi), le Premier ministre a mis l’accent sur l’impératif de lutter contre la bureaucratie « pour donner l’espoir en un avenir meilleur ».

Au terme de la première journée de la Rencontre Gouvernement-walis, Djerad a affirmé que la bureaucratie « est le premier ennemi » de l’administration.

Il a relevé que des décisions émanant de la présidence de la République et du Gouvernement n’avaient pas été appliquées, citant, à titre d’exemple, le non versement des primes prévues pour certaines catégories de travailleurs confrontés à la pandémie du Coronavirus.

Le Premier ministre a estimé que l’économie ne saurait être prospère dans un contexte marqué par la prolifération de la bureaucratie.

MDI