Séisme à Mila : 184 familles sinistrées relogées dans une vingtaine de jours

Le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Kamel Nasri a annoncé samedi, à Mila que les 184 familles sinistrées suite au tremblement de terre qui a frappé la wilaya seront relogées « dans une vingtaine de jours dans la région de Ferdoua dans la commune de Sidi Merouane ».

« Des logements du programme de réalisation de 600 unités LPL (publics locatifs) à Ferdoua seront réservés pour reloger les familles affectées par le séisme et des instructions fermes ont été données aux responsables concernés pour urger les opérations de raccordement de ces unités aux réseaux d’électricité et du gaz », a précisé le ministre alors qu’il inspectait le chantier de ces logements en compagnie des ministres des Ressources en eau, Arezki Berraki et des Travaux publics Farouk Chiali.

« La circonstance est exceptionnelle et le relogement des familles sinistrées est une priorité », a encore ajouté M. Nasri , appelant les responsables concernés à déployer davantage d’efforts pour la prise en charge des citoyens affectés.

Le ministre a aussi révélé que 118 aides financières destinées aux propriétaires de maisons classées par les experts dans la case orange et présentant des fissures suite au séisme ont été déloquées, exhortant les responsables de la Caisse nationale du logement (CNL) chargée de remettre ces aides d’accélérer l’opération d’indemnisation.

Il a dans ce sens détaillé que la valeur de l’aide financière est octroyée en fonction des rapports des experts sur le degré des dommages des habitations.

M. Nasri, appelant à intensifier les efforts des uns et des autres « pour gérer cette crise et assurer une rentrée sociale confortable », a déclaré que 400 aides financières à l’habitat rural seront accordées aux familles affectées par ce séisme.

Avant son arrivée au site des 600 logements LPL de Sidi Merouane, la délégation ministérielle a inspecté le barrage Béni Haroun, dans la commune de Grarem Gouga, à l’extrême Nord de la wilaya et observé une halte au quartier Kherba, un des sites les plus affectés par les deux secousses telluriques qui ont ébranlé vendredi Mila.

APS

MDI School