Feux de forêt : Vingt maisons endommagées au village Ililtène à Sétif

Feux de forêt : Le premier ministre réagit

Vingt (20) habitations du village Ililtène distant de 10 km du chef-lieu de la commune Béni Chebana (Nord de Sétif) ont été endommagées par le feu qui s’était déclaré dimanche à Agamoun dans la commune de Bouslam, a indiqué mardi le secrétaire général de la commune de Béni Chebana, Mokrane Akoum, cité par la radio nationale.

Selon ce responsable, les flammes ont occasionné, la nuit de lundi, des dommages aux habitations de ce village de 900 âmes, aux troupeaux, aux récoltes ainsi qu’à la forêt de la localité.

Il a précisé que les habitants ont dû quitter le village jusqu’à la circonscription totale des flammes mardi matin par les sapeurs-pompiers qui ont mobilisé d’importants moyens.

Selon la même source, la situation est actuellement « maîtrisée » même si les actions de surveillance sont maintenues pour éviter la reprise des flammes notamment au village Béni Afif densément boisé et au relief accidenté.

L’incendie qui avait pris à Agmoun (commune de Bouslam) s’était propagé vers les mechtas de la région de Béni Djemati dans la commune de Béni Chebana à la faveur du vent, de la canicule et du relief difficile d’accès de cette région montagneuse.

900 départs de feux depuis le début de l’été

Le chargé de communication à la direction de la protection civile, le capitaine Ahmed Laamamra fait savoir que l’intervention contre cet incendie qui se poursuit encore mobilise 120 sapeurs-pompiers de grades divers, 15 camions anti-incendie des unités de Bouândass, Béni Ourthilène et Bougaâ appuyés par les colonnes mobiles de Sétif et de Bordj Bou Arreridj, les services de la conservation des forêts et de plusieurs communes.

Trois (3) hélicoptères de la Direction générale de la protection civile s’approvisionnant en eau à partir du barrage de Tichy-Haf de la commune de Bouhamza (wilaya de Bejaia) ont été mobilisés pour combattre ce feu au côté de plusieurs centaines de citoyens de la région, selon encore la même source.

Le sous-directeur de la protection du patrimoine forestier à la Direction générale des forêts a annoncé ce matin que « les feux de forêts ont réduit à néant une superficie de 4 500 hectares », depuis le début de l’été.

Intervenant sur les ondes de la Chaine 3 de la Radio Algérienne, Abdelghani Boumessaoud, a affirmé que « jusqu’à maintenant prés de 900 départs de feu ont été enregistré, la plupart dans des maquis ».

Un pic de 66 incendies/jour sur 20 wilayas atteint le 27 juillet

Un pic de 66 incendies par jour a été atteint le 27 juillet 2020 à 17h au niveau de 20 wilayas, nécessitant l’intervention des hélicoptères de la Protection civile pour les éteindre, a indiqué mardi un communiqué de la Direction générale des Forêts (DGF), diffusé par l’agence officielle APS.

Selon la DGF : « La canicule qui a sévit ces trois derniers jours a provoqué de nombreux feux de forêts dont un pic de 66 incendies/jour sur 20 wilayas a été atteint le 27 juillet 2020 à 17h, dont certains ayant constitué une menace pour les populations rurales. Ce qui a nécessité l’intervention des hélicoptères de la Protection civile ».

Parmi les wilayas les plus touchées par ces feux de forêts, figurent Tizi Ouzou, Béjaia, Sétif et Tipaza.

Selon le bilan arrêté au 25 juillet 2020, au moins 4271 hectares de superficie ont été parcourus par le feu pour 814 foyers d’incendies, dont 1498 ha constitués d’espaces forestiers, 1230 de maquis et 1548 ha de broussaille, a ajouté la même source, ajoutant qu’une moyenne de 15 foyers d’incendies/jour a été enregistrée.

Dans ce contexte, la DGF a affirmé qu’elle avait pris toutes les mesures nécessaires pour une gestion efficace de ce fléau et a mis en place le dispositif de surveillance et d’intervention comprenant notamment 407 postes de vigies avec un effectif de 960 éléments et de 478 brigades mobiles pour la première intervention ayant un effectif de 2387 agents des forêts.

La DGF a également mobilisé 32 camions citernes de grandes capacités pour l’approvisionnement en eau des camions de lutte et des brigades mobiles de première intervention, 2820 points d’eau en forêt ou à proximité, 7483 ouvriers issus de 756 chantiers des entreprises engagées dans la réalisation des travaux forestiers et 20 colonnes mobiles d’intervention couvrant la totalité de la région du Nord du pays, disposant chacune de 8 camions citernes feux de forêts légers.

L’imprudence et la négligence des citoyens pointées du doigt

Abordant les causes à l’origine de ces incendies, la DGF a précisé que les enquêtes effectuées ont révélé principalement « l’imprudence et la négligence des citoyens qui continuent à faire usage du feu pour incinérer les rémanents et les résidus issus des travaux agricoles ».

« Des pratiques à éviter en cette canicule et qui engendrent hélas des dégâts préjudiciable au patrimoine forestier », a-t-elle relevé tout en alertant quant à « l’imprudence » constatée dans certains chantiers qui utilisent des outils dégageant des étincelles en pleine canicule. Face à cette situation, la DGF a lancé un appel aux citoyens pour observer une plus grande vigilance pour la sauvegarde du patrimoine forestier.

MDI School