HomeActualitéInternationalCovid-19 : Le trafic aérien international a diminué de 96,8% en juin

Covid-19 : Le trafic aérien international a diminué de 96,8% en juin

Le trafic aérien international pour le mois de juin a diminué de 96,8% par rapport à juin 2019, ne s’améliorant que légèrement après une baisse de 98,3% en mai, a indiqué le mardi 28 juillet 2020, l’Association internationale du transport aérien (IATA), dans un communiqué publié sur son site officiel.

La capacité a baissé de 93,2% et le coefficient d’occupation s’est contracté de 44,7% à 38,9%, précise le même communiqué.

L’IATA a précisé que les transporteurs européens ont vu leur demande chuter de 96,7% en juin par rapport à il y a un an. Les transporteurs nord-américains ont enregistré une baisse du trafic de 97,2% en juin, marquant ainsi une légère amélioration par rapport à une baisse de 98,3% en mai.

Le trafic des compagnies aériennes africaines a chuté de 98,1% en juin, et a peu changé par rapport à une baisse de la demande de 98,6% en mai.

Le trafic des compagnies aériennes d’Asie-Pacifique en juin a chuté de 97,1% par rapport à la même période de l’année précédente, indique l’association.

Quant à la demande du trafic intérieur, elle a reculé de 67,6% en juin, après une baisse de 78,4% en mai. La capacité a chuté de 55,9% et le coefficient d’occupation de 22,8 points de pourcentage à 62,9%.

Pour ce qui est du trafic passagers mondial (passagers-kilomètres payants ou RPK), l’IATA a indiqué qu’il « ne reviendra pas au niveau d’avant COVID-19 avant 2024, un an plus tard que prévu ».

Pour 2020, le nombre de passagers (embarquements) dans le monde devrait baisser de 55% par rapport à 2019, aggravé par rapport aux prévisions d’avril de 46%, précise le communiqué.

Le nombre de passagers devrait augmenter de 62% en 2021 par rapport à la baisse observée en 2020, mais sera toujours en baisse de près de 30% par rapport à 2019. Un retour complet aux niveaux de 2019 n’est pas attendu avant 2023, un an plus tard que prévu, selon l’association.

« Le trafic passagers a atteint son niveau le plus bas en avril, mais la vigueur de la reprise a été très faible. L’amélioration que nous avons constatée c’est faite sur les vols intérieurs. Les marchés internationaux restent largement fermés. La confiance des consommateurs est déprimée et n’est pas aidée par la décision du Royaume-Uni d’imposer une quarantaine générale à tous les voyageurs revenant d’Espagne. Et dans de nombreuses régions du monde, les infections continuent d’augmenter. Tout cela indique une période de reprise plus longue et plus de douleur pour l’industrie et l’économie mondiale », a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général de l’IATA.

Par ailleurs, l’Association s’attend toujours à ce que la reprise des voyages court-courrier se produise plus rapidement que celle des voyages long-courriers.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine