Covid-19 : La hausse des contaminations augmente la pression sur les services des soins

Covid-19 : le taux d'occupation des lits est de 40% au niveau national

Le flux des malades atteint par la Covid-19 ne cesse de prendre de l’ampleur dans le pays, particulièrement dans certaines villes où les contaminations augmentent d’une manière particulière engendrant une grande pression sur les établissements de santé et les CHU.

A la capitale et plus précisément au CHU de Beni Messous, la pression sur le service de traitement de la Covid-19 a augmenté d’une manière considérable. Selon le témoignage fait à la radio nationale du Pr Ali Halassa Sofiane, pneumologue au sein de ce même CHU : « Le service reçoit beaucoup de malades par jour. Il y a une queue chaque matin donc on présume qu’il existe un nombre important de personnes contaminées ».

Face à cette situation, le problème de saturation persiste a-t-il révélé, en indiquant : « Les places sont très limitées et ce n’est pas évident d’hospitaliser tous les cas. De ce fait, la plupart des malades sont envoyées dans d’autres structures, voire même leurs affectations a d’autres wilayas ».

S’agissant des décès, le Pr Ali Halassa, a indiqué qu’il existe certains cas qui se compliquent avec le temps, et décèdent malheureusement malgré leur mise sous soins intensifs.

Le personnel de la santé n’est pas épargné aussi par les contaminations face à l’ampleur des cas reçus à l’hôpital. Selon lui, le nombre des cas symptomatiques qui consultent a triplé ces derniers jours laissant penser à une forte propagation du virus.

Le même cas est constaté aussi dans le CHU de Mustapha Bacha. Selon le Professeur Hayel qui est aussi responsable du service Covid-19 : « Le nombre des cas qu’il recevait et consultent est en moyenne de 70 à 80 cas par jour ». Le service qui est mis en place depuis quatre mois, prend plus de personnes avec l’augmentation des cas de contaminations. Selon le Pr Hayel, la situation a évolué depuis le début de l’épidémie. « La Covid-19 touche beaucoup de gens, des jeunes comme les personnes âgées ».

Là aussi la contamination du personnel de la santé est constaté, il est de 5% de la totalité a-t-il indiqué.  Cependant, le « personnel du service est confiné et éloigné des autres contactes y compris la famille » a-t-il expliqué.

Toutefois, les deux professeurs ont appelé au respect des mesures barrières notamment chez les jeunes qui risquent d’être des sujets sur lesquels ne figurent pas les symptômes et contaminent les autres plus fragiles.

MDI School