Agriculture Saharienne : Le président Tebboune ordonne la mise en place d’un institut spécialisé

Agriculture Saharienne : Le président Tebboune ordonne la mise en place d'un institut spécialisé

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a ordonné, dimanche, au Premier ministre de prendre les dispositions, avec le Ministre de l’enseignement supérieur, pour que soit mis en place, « en extrême urgence », au niveau d’une université du Sud, un institut spécialisé dans l’agriculture saharienne, « en faisant appel, au besoin, à la coopération internationale avec les partenaires étrangers qui ont acquis une expérience avérée dans le domaine », lit-on dans le communiqué de la réunion du Conseil des ministres.

Lors de cette réunion, le Conseil des Ministres a entendu une communication concernant la feuille de route pour la relance et le développement des activités du secteur de l’agriculture et du développement rural dans laquelle sont déclinées, dans le cadre d’un échéancier précis, les différentes actions du programme prioritaire dont l’échéance s’étale entre le 2ème semestre 2020 et la fin de l’année 2021, ainsi que les actions transversales à caractère continu du programme à moyen terme 2020-2024.

Dans son intervention, le président de la République a commencé par saluer les agriculteurs qui ont accompli « un travail colossal dans une conjoncture particulièrement adverse en assurant l’approvisionnement du marché en produits agricoles en abondance et à des niveaux de prix acceptables ».

Il a souligné cependant « la nécessité de sortir du système des cycles de production irréguliers et ordonné que soit finalisé, à brève échéance, le programme de réalisation des aires de stockage de produits agricoles pour permettre la nécessaire régulation du marché ».

« Une instruction particulière a été donnée au ministre de l’agriculture pour que soit encouragée l’installation d’usines de transformation des produits agricoles dans les zones de production », est-t-il indiqué dans le communiqué du Conseil des ministres.

S’agissant du programme présenté à cette occasion, le président de la République a tenu à faire part de sa satisfaction quant « à la prise en charge de l’ensemble des programmes envisagés, non sans insister sur le besoin indispensable de l’augmentation de la production, synonyme de sécurité alimentaire et d’allègement de la facture d’importation ».

« La mise en œuvre du programme présenté doit passer nécessairement par une réorganisation adéquate des structures du Ministère de l’agriculture, aussi bien au plan national, régional que local. Celle-ci passe aussi par la création d’offices et de structures qui permette une synergie avec les agriculteurs », lit-on dans le communiqué.

Il est précisé que parmi les pistes sur lesquelles l’action doit être orientée, doivent être inscrits comme une priorité « les oléagineux, le maïs, les produits sucriers, de même que des filières particulières comme l’apiculture sans oublier le secteur de l’élevage et son pendant de production laitière ».

Selon le communiqué de la réunion, le ministre de l’agriculture a ainsi été instruit de présenter, dans un délai d’un mois, « un point de situation sur les programmes concernant l’ensemble de ces filières, en procédant à un ciblage approprié des zones de production dans les régions du Sud ».

MDI School