Energies renouvelables : attention aux effets d’annonces sans lendemain !!!!

Energies renouvelables : attention aux effets d’annonces sans lendemain !!!!

Un article sous forme d’une interview paru le 20 juillet sur un quotidien national d’information sur un prétendu investissement colossale dans la production de l’électricité à partir du solaire photovoltaïque a suscité beaucoup de réactions dans la communauté des acteurs des énergies renouvelables en Algérie et sur les réseaux sociaux.

Dans cette interview et d’emblée le CEO de cette compagnie, David Heimhofer (notre photo) parle du lancement d’un programme intégré qui mobilisera plus de 5 milliards de $ sur fonds propres !  Et continue en annonçant pouvoir soutenir financièrement 1000 PME et former plus de 10 000 Algériens !!!

Vaste programme sauf que en procédant à une petite vérification on découvre que cette société au nom de TerraSola groupe, qui se présente comme un leader mondial, est  totalement inconnu dans le monde des grands acteurs du solaire et du renouvelable. Pire que ça une alerte sous forme de « Consumer Warning » est lancée contre le patron de ce groupe et qu’on peut facilement la retrouver on tapant simplement sur Google le nom de cette société ou le nom de son patron (voir : https://fraudalerts.nu/tag/david-heimhofer/)

Toujours après vérifications, il s’est avéré que cette compagnie n’est pas à son premier « effet d’annonces ».  En effet les mêmes annonces ont été faites au Maroc par exemple. En 2014 cette société annonce la réalisation de 25 MW (seulement alors qu’elle annonce réaliser 4000 MW en Algérie ??). Elle a dû plier bagages après deux années (voir article paru sur ecofin agency le 27 juin 2017  https://www.ecofinagency.com/electricity/2706-37069-morocco-terra-solar-exits-the-country-as-its-pv-solar-project-fails-to-start-after-two-years). Mais sur le site de la société, le Maroc reste toujours comme pays de présence de la société ce qui pose beaucoup d’interrogations sur la véracité des informations contenues dans ce site ?

De même qu’aux Emirats Arabes Unies,  Terrasola a fait beaucoup de bruit avec une société Emirati en zone off-shore « Solon » de Fujaïrah mais rien de concret encore!

Contacté par nos soin un membre du cluster énergie solaire nous a déclaré «  Nous devons être extrêmement vigilant avec ses sociétés éphémères qui veulent nous utiliser pour lever des fonds les transférer puis disparaître … Ils nous prennent de haut, ils  nous connaissent pas, et ils sont d’illustres inconnues dans le monde des énergies renouvelables … Ils tirent avantage de la naïveté pour ne pas dire de l’ignorance de certain média pour publier leurs effets d’annonces »

Pour cet acteur du secteur «  ce monsieur (il parle de David Heimhofer) ne semble pas connaitre du tout le tissu industriel local … » avant de rajouter « En Algérie nous avons tout d’abord un cluster solaire très actif qui regroupe et fédère une multitudes de sociétés algériennes et étrangères, une industrie grandissante de fabrication de modules de très haut niveau certifie TÜV entièrement automatisées certaines en Joint-Venture avec des acteurs de premier ordre  Asiatiques et Européens… avec une capacité déjà installe de plus de 500MW / an et qui va dépasser 750MW en 2021.  Le CDER est sur le point de s’équiper en laboratoire de certification de modules en collaborations avec les laboratoires NREL (USA)… de même pour les structures métalliques, le câble…».

Enfin, l’entretien accordé au quotidien en question comporte quelques contractions, comme celle où ce patron dit qu’un membre de son conseil d’administration (un algérien en l’occurrence) « a réussi à faire adhérer les membres du groupe pour obtenir pour son pays un investissement de 5 milliards de dollars pour réaliser le programme de 4000 MW pour l’Algérie. Aujourd’hui, nous sommes enthousiasmés de continuer avec lui notre programme d’énergie solaire photovoltaïque en Algérie», avant de se contredire plus bas en précisant qu’ « en raison de la dégradation de la cote de crédit des pays créditeurs, déclenchée principalement en raison de la baisse des prix du gaz, il est devenu de plus en plus difficile de maintenir l’engagement de l’investissement de 5 milliards de dollars en Algérie.. ».

MDI School