Maroc : le gouvernement envisage d’augmenter les droits d’importation pour protéger la production nationale

Maroc : le gouvernement envisage d'augmenter les droits d'importation pour protéger la production nationale

Dans le cadre de son projet de Loi de finances rectificative 2020, le Maroc augmentera les droits d’importation de certaines marchandises, de 30% à 40%. La mesure vise à renforcer la « protection de la production nationale » pour aider les entreprises en difficulté du fait de la COVID-19.

Le Maroc va augmenter ses tarifs douaniers sur certains produits importés. C’est ce que révèle le projet de Loi de finances rectificative proposé par le gouvernement pour l’exercice 2020.

D’après le document consulté par l’Agence Ecofin, les droits d’importation applicables à certains produits finis de consommation passeront désormais de 30% à 40%. La mesure vise à renforcer la « protection de la production nationale » pour accompagner les efforts entrepris en matière d’appui aux entreprises dont les activités ont été mises en difficulté par la pandémie de COVID-19.

Dans le cadre de la Loi de finances 2020, les autorités marocaines avaient déjà prévu de faire passer les tarifs douaniers applicables à certains produits finis de 25% à 30%. A l’époque, l’objectif principal était d’améliorer les recettes douanières collectées au titre du droit d’importation, d’encourager la production locale et de réduire le déficit commercial du royaume chérifien.

Cependant, l’arrivée de la pandémie qui a touché au moins 15 079 personnes dans le pays a ajouté une pression supplémentaire sur les réserves nationales de change, poussant le gouvernement à opter pour une politique de substitution des importations par la production locale. Hormis ces mesures économiques, la nouvelle Loi de finances rectificative prévoit également des investissements importants dans le secteur social notamment à travers le Fonds spécial anti-coronavirus de 10 milliards de dirhams (148 millions $) lancé par les autorités.

Notons que selon le gouvernement, les nouvelles mesures d’augmentation des tarifs douaniers resteront « dans la limite des taux consolidés par le Maroc au niveau de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ».

Ecofin

MDI School