Covid-19 : Les soignants tirent la sonnette d’alarme face à la surcharge des services aux CHU

Relizane : Le SG de la wilaya décède du coronavirus

Les responsables des services des soins au niveau des hôpitaux, notamment ceux des infections, tirent la sonnette d’alarme sur la hausse des contaminations et la capacité d’accueil des centres hospitaliers.

Selon les premières révélations des responsables des hôpitaux, la situation devient de plus en inquiétante avec la hausse des contaminations. Zoubir Rekik, directeur général de CHU Nafissa Rekik ex-parnet à Alger, a indiqué aux confrères de la  radio Chaine 3 : « nous sommes engagés contre un ennemi dangereux et invisible ». « Nous avons constaté que ces derniers jours il y a une virulence horrible de ce virus et nous sommes passés à un plan B » a-t-il constaté.

De ce fait, il a lancé un appel pour tous les citoyens afin « de responsabiliser personnellement sur la situation qui risque de dégénérer » face au manque du respect des mesures barrières  contre le virus, les exhortant d’avoir plus de conscience car c’est de leur santé qu’il s’agit.

« Le service du traitement du Covid-19 affiche complet avec 18 malades admis, et d’autres qui attendent leur admission », a affirmé le Pr Belkacemi chef de service Covid-19 au CHU Parnet. « Plusieurs malades parfois lourds, sont soit orientés à des soins à domicile ou bien à d’autres hôpitaux » a souligné le même professeur.

Le même cas est constaté aussi à l’hôpital de Beni Messous, à Alger selon le Professeur Hamidi, chef de service de réanimation au même hôpital, tout le service de traitement de la Covid-19 affiche complet soit 18 places depuis plus d’une semaine.

Selon ses déclarations à la même source, « il existe plusieurs malades (une dizaine) qui sont sous  respiration artificielle et qui représentent des cas graves, et d’autres sont au service de déchoquage qui sont moins graves ». Pour la tranche d’âge la plus touchée il a expliqué que « les malades les plus concernées sont ceux qui dépassent les 50 ans et qui ont des maladies chroniques ».

Le Pr Hamidi, regrette le relâchement des citoyens face aux mesures barrières ce qui aggrave encore la situation, et finit par dire aux gens, «vous n’avez qu’a choisir entre le masque qui fait barrière au virus ou le masque à oxygène».

Le même cas est constaté aussi dans plusieurs autres wilayas, ou il y a une implosion des cas, à l’instar de Sétif,  Ouargla, Oran, ou bien El Oued, ou des décisions de reconfinement commencent déjà à être prises.

MDI School