La zone africaine de libre-échange: les pays africains visent désormais une opérationnalisation en janvier 2021

Intégration africaine : Le coronavirus, une menace d'ampleur pour la ZLECAf ?

Les pays africains prévoient de lancer la ZLECAf en janvier 2021. La mise en œuvre de la zone initialement prévue pour juillet 2020 a été suspendue à cause du coronavirus. Les six prochains mois serviront à finaliser les protocoles et les négociations sur les tarifs commerciaux.

La zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) pourrait être opérationnelle dès le mois de janvier 2021. C’est ce qu’a annoncé Wamkele Mene, secrétaire général de l’organisation siégeant au Ghana.

Cette annonce intervient alors que l’opérationnalisation de la ZLECAf, initialement prévue pour juillet 2020, a dû être suspendue en raison de la pandémie de COVID-19. Selon le secrétaire général de la ZLECAf, les Etats parties à l’accord de libre-échange devront profiter de la prochaine session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’Etats du 2 janvier 2021 pour mettre en œuvre la zone. Les pays devront donc mettre à contribution les six prochains mois pour conclure les négociations sur les tarifs commerciaux et autres protocoles dans le cadre de la ZLECAf.

Ainsi, lors du sommet de janvier 2021, les pays membres approuveront les instruments opérationnels de la première phase de l’accord. Concrètement, il s’agit des règles d’origine qui détermineront l’éligibilité des biens à échanger dans la zone, des modalités telles que la protection des industries naissantes ; et un forum de négociation en ligne pour permettre aux Etats membres de mener à bien cette politique.

Pour rappel, la ZLECAf qui regroupe tous les pays africains vise à créer la nouvelle plus grande zone de libre-échange commerciale avec un PIB cumulé de plus de 3400 milliards $ et 1,3 milliard de potentiels consommateurs. Elle exigera des pays membres qu’ils libéralisent au moins 97 % de leurs lignes tarifaires et 90 % de leurs importations.

Ecofin

MDI School