Covid-19 : les laboratoires privés peuvent désormais effectuer les tests PCR

Covid-19 : les laboratoires privés peuvent désormais effectuer les tests PCR

Les laboratoires du secteur privé peuvent « désormais » effectuer l’analyse clinique de la PCR pour le dépistage de l’infection à la covid-19, a indiqué, mercredi, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, rapporte l’agence officielle.

S’exprimant lors d’une conférence de presse sur l’évolution de la situation épidémiologique dans le pays, Benbouzid a précisé, son département « autorise à compter d’aujourd’hui les laboratoires relevant du secteur privé dotés des moyens nécessaires et d’équipement médical à effectuer les analyses cliniques de dépistage du coronavirus à leur niveau ».

En outre, le ministre de la Santé a affirmé que le scanner « n’est utilisé que pour le suivi des malades après dépistage au moyen de test PCR ». « Dès le début de l’apparition du virus, le ministère a préconisé le recours au scanner en raison du manque de laboratoires qui effectuent les tests cliniques, mais maintenant que le déficit a été pallié à la faveur de la mise en service de 30 laboratoires à l’échelle nationale, le scanner n’est utilisé, après analyses, que pour le suivi médical conformément aux orientations du corps médical », a-t- expliqué.

Pour rappel, le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie, Dr. Fawzi Derrar avait indiqué que quelque 2.500 tests de dépistage du coronavirus sont effectués au quotidien à travers l’ensemble du territoire national.

Le scanner n’est plus utilisé pour dépister les malades

Selon le ministre de la santé, le scanner « n’est plus utilisé dans le monde pour dépister les malades car ses résultats seuls ne sont pas fiables, ce qui a entraîné parfois l’hospitalisation de cas suspects provoquant ainsi la surcharge de certains services et, partant, une augmentation de cas positifs ». Il précisé que « le test PCR demeure le seul moyen de dépistage précis ».

Benbouzid a fait savoir qu’un rapport a été élaboré par le Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie Covid-19 sur le recours au scanner. A ce propos, il a fait état d’une instruction, en préparation, sur le protocole d’utilisation de cet instrument pour le suivi des malades confirmés.

Le Comité scientifique chargé du suivi de l’évolution de la pandémie ne tient plus compte, dans son bilan quotidien, des résultats du scanner en raison de leur non fiabilité à 100% pour les cas suspects.

MDI School