Microsoft: Le groupe va fermer la quasi-totalité de ses magasins dans le monde

Microsoft: Le groupe va fermer la quasi-totalité de ses magasins dans le monde

Certains étaient temporairement clos pour cause de coronavirus, ils ne rouvriront finalement pas faute de modèle économique : Microsoft a annoncé vendredi qu’il allait fermer la quasi-totalité de ses magasins dans le monde. La raison ? L’essentiel de ses ventes se fait désormais sur Internet. « Nos ventes ont progressé en ligne à mesure que notre catalogue de produits s’est étoffé de nombreuses offres numériques, et notre super équipe a démontré sa capacité à servir nos clients au-delà des lieux physiques », a expliqué David Porter, vice-président du groupe en charge des enseignes.

Plus de 80 magasins vont être fermés, a fait savoir l’entreprise. Toutefois, les « Microsoft Experience Centers », où les visiteurs peuvent tester les produits de la marque, vont rester ouverts. Ceux de Londres, New York et Sydney vont être « réimaginés ». Le groupe n’a pour le moment pas souhaité précisé combien d’employés vont être affectés par cette décision.

Microsoft compte désormais investir dans les tutoriels, appels vidéo et autres outils de soutien à ses clients et partenaires en ligne. Le géant de l’informatique estime que ses sites Internet de vente, y compris Xbox et Windows, sont visités par plus de 1,2 milliard de personnes tous les mois dans 190 marchés.

La société de Redmond a en outre indiqué qu’elle ferait une provision de 450 millions de dollars pour couvrir en particulier les dévalorisations d’actifs. L’impact de la pandémie ne s’est pas encore traduit dans les résultats financiers de Microsoft, qui a réalisé un bénéfice net de 10,8 milliards de dollars de janvier à mars, en hausse de 22 % sur un an, pour un chiffre d’affaires de 35 milliards (+15 %).

Malgré les retards de production pour sa gamme d’ordinateurs Surface, le groupe s’estime bien positionné pour traverser la crise, notamment grâce à l’explosion du cloud.

L’entreprise vient en revanche de fermer sa plateforme de streaming de jeux vidéo Mixer, laissant le champ libre au géant du secteur Twitch (Amazon) et à ses deux rivaux, YouTube Gaming et Facebook Gaming.

Afp

MDI School